Dans le magazine “Elle”
du 28 janvier 1965, on 
mentionne à deux 
reprises que Françoise
a choisi cet ensemble 
pour chanter à Gstaad, 
en plein hiver.
Françoise a fait la connaissance de Courrèges
au moment où il devenait célèbre.

Le succès international de Courrèges  a
certainement contribué à introduire l’image d’une
Françoise Hardy , mannequin ultramoderne,
“all over the world”.

Elle, l’icône de la génération yéyé, a contribué à
faire descendre les créations Courrèges
( l’ensemble pantalon, la minijupe, le manteau,
les bottines blanches,... ) dans la rue.
Daily Mirror 1 Février 1965
En parlant mode , Françoise Hardy citera toujours en premier lieu le couturier André Courrèges et
le fameux ensemble blanc.
“ Je suis devenue une icône un peu malgré moi ! Je me suis intéressée à la mode quand j'ai commencé à
faire de la scène et à passer à la télévision.  C'est comme ça qu'un jour, n'ayant rien à me mettre pour
l'émission Dim Dam Dom, j'ai contacté André Courrèges, dont j'aimais les collections très épurées.
Je me suis retrouvée dans tous les magazines avec ce
fameux ensemble - tunique, pantalon, bottines
blanches - révolutionnaire pour l'époque.”
Je doute que ce que Françoise raconte soit correct.
Son premier “ Dim Dam Dom” remonte au 25
novembre 1966 et la première émission n’a été
diffusée que le 7 mars 1965.