Françoise Hardy à Milan 1963-64
Le 13 décembre Françoise se trouvait encore à l’Olympia pour assister, en compagnie de Sylvie Vartan et Jean-Marie
Périer, à la première du spectacle “Les idoles des jeunes auquel participaient Dionne Warwick, Les Surfs, Pierre Perret,
Frank Alamo, Stevie Wonder et bien d’autres.
La voici, le lendemain, à son arrivée à l'aéroport de Milan.
Les photos ( Françoise qui reçoit en cadeau d’un étudiant le chapeau de la faculté d’agriculture ) sont prises à Voghera
mais l’interview par le journaliste Lino Rizzi à eu lieu  en décembre ‘63 dans le studio de Françoise à Paris., à l’époque
de ses concerts à l’Olympia.

Lors d’un court séjour à Milan (entre le  concert à Voghera et celui à Modène) Françoise présente son premier album en
italien aux journalistes qui apprennent que Françoise ne participera pas au Festival de San Remo en janvier.
Le Cash Box du 14 décembre 1963 venait justement de publier que Gino Paoli (chanteur
poétique que Françoise  estimait beaucoup) et Françoise Hardy allaient probablement
interpréter une chanson de la main de Gino, intitulée “ Ieri Ho Incontrato Mia Madre.
C’est Antonio Prieto qui la remplacera. La chanson (soutenue par des accompagnements de
violons) atteindra la finale gagnée  par Gigliola Cinquetti et Patricia Carli avec
“Non ho l’età”
Antonio Prieto
Gino Paoli
Françoise ne participera pas à San Remo.
Elle a des engagements antérieurs à la
télé française. Même si elle était libre
une participation éventuelle dépendrait
des éditeurs de disque. Si on l’avait
forcée à venir elle serait venue.

Elle trouve la pochette de son album
italien (photo prise  par Jean-Marie Périer
pour SLC) affreuse, pas possible.

Françoise était un peu malade, fiévreuse.
Des petites choses mais pour ceux qui
chantent c’est plutôt ennuyeux. A ce stade,
la conférence de presse  était sur le point
de nous ennuyer.
À ce moment-là, il m’a semblé que c’était
le bon moment pour affronter sérieuse-
ment la « fille » Hardy.  On la dit  froide,
renfermée, mélancolique mais pour
l’allumer il y a un secret .

Il faut la faire parler de ses sentiments et
il ne fait aucun doute que l’amour est
dans la tête de tout le monde. Pour elle
il s’agit d’évacuer son cœur gonflé  et à
son âge le cœur gonfle souvent, c’est
vraiment  “l’età ell’amore ...”.

Il lui est impossible d’échapper à la
tristesse de certaines pensées, au regret qui
la hante, au vide qu’elle ressent  à
l’intérieur. Alors elle prend sa guitare ...

Françoise ne pratique pas de sport, ne
parle pas de politique. Elle lit Simone
De Beauvoir et Françoise Sagan. Pour
s’habiller elle préfère le noir et un pull
gris style anglais. La majorité de ses
admirateurs sont des jeunes filles.

Quand on lui parle de l’amour l’autre
côté de Hardy remonte à la surface : une
pincée de cynisme, de froideur et de
lucidité surprenant à en juger le contraste
avec la douceur de son regard. Elle a le
visage anguleux et pas  beau, mais
intéressant. Puis on parle de  son amour
pour Jean-Marie Périer. Elle n’est pas
prête à abandonner le chant à sa demande
mais c’est une chose qu’il ne fera pas.

Sa chanson la plus récente “J’aurais
voulu” connaîtra une édition italienne
“Vorrei essere lei” mais personnellement
elle préfère  la chanson“Saurai-je?” ,
connue chez nous sous le titre  “Io vorrei
capirti”et qui figure sur son LP italien
à dix titres.

Dans ses chansons on ne retrouve  jamais
la joie d’un fait accompli mais l’angoisse
d’une  recherche, d’une attente, la
prédiction mélancolique que tout finira
bientôt, jamais un renoncement  absolu
car c’est  à l’amour que Françoise pense.

Françoise reconnait que sa popularité
en Italie doit beaucoup aux arrangements
du maître  Ezio Leoni qu’elle trouve
supérieurs à ceux fait en France pour les
mêmes chansons.

Elle ne suit pas un régime, elle est maigre
de nature. Jean-Louis Trintignant est
son acteur préféré. Elle ne boit que du
thé au citron  pour ne pas endommager
sa voix. Son animal préféré est un
lionceau comme celui qu’elle a vu a
Casablanca il y a  deux mois et qui l’a
beaucoup amusé. Elle aime les poupées
mais ne leur donne pas un nom.

Des Italiens elle préfère Michele avec la
chanson “ Se mi vuoi lasciare”. Elle dit
du bien de Rita Pavone et de Catherine
Spaak bien qu’à cette dernière elle ne
pardonne pas d’avoir lancé  “sa” chanson
“Quelli della mia eta”, chantée mi en
italien, mi en français.

Du côté des Français elle admire Sylvie
Vartan et ses chansons et Richard Anthony.
Mais il n’y a pas de doute qu’elle préfère
être Françoise Hardy.
LPJ 5034 - Françoise Hardy

Album italien, édité  d’abord le 26 novembre 1963 (date marquée sur le
disque) sans titre par Vogue avec une pochette affreuse  (comme Françoise le
spécifie dans l’interview). La photo était prise par Jean-Marie Périer pour le
magazine  SLC N° 9, avril 1963.

L’album contient tous les premiers enregistrements de Françoise en italien
qui sont tous des versions italiennes de succès français avec les textes
traduits par Vito Pallavicini et pour sept des dix titres avec des
arrangements de Ezio Leoni. (pour 3 titres Vogue recourt aux orchestrations
existantes de Marcel Hendrix).

Vogue sort l’album, avec une très belle  pochette  cette fois, qui sera aussi
distribué par le label discographique Jolly avec le  titre “Françoise Hardy
canta per voi in italiano”.
Vogue sort cet album à un bon moment car en décembre 1963 Françoise se classe deuxième dans les charts avec
« L’età dell’amore » durant 5 semaines  (30/11-28/12/63)
1                      3             O mio Signore            Edoardo Vianello
2                      2             L'età dell'amore        Francoise Hardy
3                      1             Sabato triste               Adriano Celentano
4                     17            Non te ne andare       Jimmy Fontana
5                      6             T'amo e t'amerò        Little Tony
6                      4             Adesso no                   Neil Sedaka
7                     11            Ridi                              Michele
8                      8             Ti cercherò                 Ricky Gianco
9                      9             Non finirò d'amarti   John Foster
10                   18            Baby                           Peppino Di Capri
Tuttamusica N° 42  21/12/63
Corriere della sera  16/12/63
Je suppose que la tournée de Françoise Hardy au Nord de l’Italie ne se limitait pas à Voghera et Modena mais l’info est
très rare. De toute façon le 31 décembre Françoise se trouve  à Paris aux studios d’ Europe n°1 en compagnie de Sylvie
Vartan,  Henri Tisot, Franck Fernandel, Johnny Hallyday, et Sacha Distel. 31 décembre 1963.  (Photos'André Grassart ).
Le soir elle rejoint Milan pour y chanter au théâtre Ambrosiano à 21 h 30 (ainsi que le lendemain, le Nouvel An à 15 h 30
et 21 h 30) mais aussi plus tard dans la soirée au dancing “Ile Roi” à Turin.
Corriere della sera  02/01/64
Corriere della sera  31/12/63
Teatro Ambrosiano à Milan, situé
Corso XX marzo n.32,  
Dancing Le Roi
à Turin
Via Stradella 8
Ciao Amici N° 2  Février 1964
STOP N° 799  17/01/64
Pendant le spectacle milanais, Rita a reçu la visite de son amie Françoise Hardy, la vedette de la chanson française.
Les voici, photographiées ensemble dans le vestiaire du “Puccini”. La Hardy ne se produisit à Milan que pendant
trois jours et dans un théâtre plus périphérique qui était inférieur à celui de Rita
I singoli più venduti del 1963
1. Cuore (Heart! I hear you beating)
     Rita Pavone

2. Quelli della mia età (Tous le garcons...)
    Francoise Hardy
  
 3. Come te non c'è nessuno
     Rita Pavone  

 4. Se mi vuoi lasciare
    Michele

 5. Hey Paula
     Paul and Paula

 6. Il Tangaccio
     Adriano Celentano  

 7. La Terza luna
     Neil Sedaka

 8. Addio mondo crudele
     Peppino Di Capri

 9. I Tuoi capricci
     Neil Sedaka

10. Baci (Things)
    Remo Germani
Françoise a fait ses emplettes du Nouvel An à Milan (Photos Gino Begotti)
Françoise Hardy et Rita Pavone, les grosses vendeuses de disques en Italie en 1963 et les chanteuses les plus populaires.