Décembre(1) 1964
La nuit des pantalons : 1 décembre
Les entrées les plus réussies: Liz Taylor, Françoise Hardy , Romy Schneider et Ludmilla Tcherina.
C’est un peu la guerre des couturiers. Celle qui gagne est la créatrice Coco Chanel, symbole de l’élégance française.
Ce soir ses créations parent Romy Schneider, Françoise Hardy,Catherine Deneuve, Juliette Gréco, Ira de Furstenberg et
Agathe Aems, les trois dernières portant le même “pyjama”. Mais bientôt l’empire Chanel se verra confronté à des
couturiers avant-gardistes que Coco n’apprécie guère mais ses verdicts, un peu amers, n’empêcheront pas la percée de
Courrèges ou Rabanne.
Quelle nuit! Revue enchantée de Pierre louis Guérin
et René Fraday. Mise en scène Donn Arden
On peut dire qu’on assiste à deux spectacles. D’un côté on a l’entrée des
vedettes, les grands noms de l’année 1964. De l’autre côté on a la nouvelle
revue, soignée  par les Blue Bell Girls et les danseurs du Lido.

Et des vedettes, il y en avait. Liz Taylor et Richard Burton, Maria Callas et
Aristoteles Onassis, Sophia Loren, Ingrid Bergman, Romy Schneider,
Catherine Deneuve et sa soeur Françoise Dorléac, Juliette Gréco,
Mylène Demongeot, Françoise Sagan, Marie-José Nat, Régine,
Ludmilla Tcherina, Jean-Paul Belmondo, Salvador Dali,
Jean-Claude Brialy, Darry Cowl, François Périer... et bien sûr
Françoise Hardy en compagnie de Jean-Marie Périer.
Le plus célèbre cabaret parisien, situé 78 Avenue des Champs-Élysées, a connu sa plus folle nuit de l’année. Comme la
tradition veut, la grande première de la nouvelle revue du Lido se déroule, devant le Tout-Paris, le mois de décembre.
En 1964 la première de “Quelle Nuit !” a eu lieu le premier décembre et le pantalon du soir était de rigueur pour les
dames. En pour les monsieurs, le smoking, évidemment.
1. Liz Taylor, dans son sari doré, ses diamants et son turban a fait une entrée, digne de la reine de Saba. Elle en est à son
cinquième mariage et est mariée à Richard Burton, pour une première fois, du 15/3/64 au 26/6/74.

2. Liz , tout comme la Callas, a refusé le pantalon. Disons que le pantalon était fortement recommandé mais pas obligatoire.
L’histoire d’amour entre Ari Onassis, l’homme d’affaires et Maria Callas, la reine de l'opéra qui était plus que sérieuse
se dégrade de plus en plus.

3. L’entrée de Françoise Dorléac et sa sœur Catherine Deneuve. Pour Françoise Dorléac et Catherine Deneuve (néé
Catherine Dorléac) 1964 est l’année du succès. Françoise accède au statut de vedette comme partenaire de Jean-Paul
Belmondo dans “L’homme de Rio” et Catherine est la révélation de l’année 1964 après avoir incarné le premier rôle féminin
du film musical de Jacques Demy, “Les Parapluies de Cherbourg”, Elle tournera encore avec Demy, en 1967,” Les Demoiselles
de Rochefort” dans lequel elle donne la réplique à sa sœur Françoise qui meurt le 26 juin 1967, brûlée vive dans un accident de
voiture.

4. En 1964 le sommet de la carrière d’Ingrid Bergman est bien derrière elle. Au bout d’un silence de trois ans elle joue, en
1964, dans deux films. Avec Anthnoy Quinn dans  “La Rancune” et avec Omar Shariff dans le dernier sketch de “La Rolls- Royce
jaune”.

5. Romy portait un ensemble Chanel, identique à celui de Françoise. Elle le portait cependant sous un somptueux manteau de vison
blanc tandis que Françoise se tenait au long manteau blanc en mousseline, comme prévu dans la collection. Romy était à Paris
pour tourner le film “Quoi de neuf Pussycat”  avec Peter O’Toole.  Françoise Hardy avait accepté de jouer un petit rôle dans ce
film uniquement pour rencontrer Peter O’Toole (voir janvier 65).

6. Salvador Dali et Gala, sa muse et son épouse (depuis 1958).
La danseuse argentine  Nelida est la star à la
première de la nouvelle revue“ Quelle Nuit”.
Romy est assise à côté d’Henri Verneuil,
le metteur en scène. Derrière eux , Mme
Claude Pompidou avec Ingrid Bergman et
son mari Lars Schmit.
Romy Schneider en Coco Chanel
Françoise et François (Périer)
Mais Françoise à l’aspect naturel n’a pas besoin de perruques pour être ”a trendsetter”
M.A.T. N° 2  01/12/64
La Stampa  03/12/64
Ondas N° 290  01/01/65
Françoise Hardy, assise entre Michèle Arnaud et Leny Escudero,
est venue au théâtre pour voir Maurice Biraud, l’annonceur
matinal de Radio Europna Numéro 1, jouer en tant qu’acteur.
Françoise et ses compagnons se sont amusés et sa tenue ,
pantalon en lamé blanc et manteau de mousseline, a fait
sensation. C’est un modèle de Coco Chanel.
Le port du pantalon chez les femmes semble être synonyme
d’élégance depuis que deux jeunes couturiers, le français
Courrèges et l’espagnol Torres, deux anciens couturiers chez
Balenciaga, ont lancé au monde de la mode le pantalon de robe.
Ils ont affirmé que la chose la plus laide à propos d’une femme
sont les jambes et le plus beau le décolleté. Pour Françoise
Hardy cependant, pas de décolleté parce que j’admire le plus en
elle, c’est sa ligne stylisée, digne d’une mannequin.

Dans le magazine hollandais on parle d’un pyjama de fête.

Françoise s’est bien amusée à la première de la pièce de
théâtre “Las aventures de Salavin” d’après le film qui
porte le même nom et qui avait triomphé à San Sebastian.
Difficile à dire si Françoise assistait au film (sorti aux cinémas le 4 novembre 1964) ou en effet à une pièce de théâtre
avec de nouveau Maurice Biraud qui selon moi se trouve dans la salle (et donc pas sur la scène) derrière Leny Escudero.
Il y a eu bien plus de reportages sur la première de la nouvelle revue du Lido, dans le monde entier. Ce sont souvent les mêmes photos
de presse qui passent la revue.
Turquie
Pierre Guérin
Directeur du Lido.
Réné Fraday
Directeur artistique
Japon
Difficile de danser proprement après avoir vidé plusieurs verres.
Merveilleuse chorégraphie avec Petula, Dalida et Paddy Stone
le danseur et chorégraphe canadien (séquence enregistrée le 12 novembre)  
Le lendemain, le 2 décembre, Françoise se trouve sur le plateau du show “Hello Paris”, le TV-show autour de Petula
Clark, diffusé le 5 décembre.
Petula Clark chante “Hello Paris” (sur l’air de Hello Dolly), “Les James Dean”, un extrait de “Monsieur”.
Petula , Sylvie Vartan et Françoise Hardy, assises sur des chaises montantes, chantent “Nous on est dans le vent”,
un medley de leurs succès qui inclut 2 chansons intégrales. Françoise chante “Je n’attends plus personne” et
Sylvie Vartan “L’ami des mauvais jours”.
Petula chante son immense tube “Downtown” et puis “O Shérif” avec Pierre Tchernia habillé en shérif.
Petula dance avec Gilbert Bécaud sur “Un doigt de champagne”.
Udo Jürgens chante “Warum, nur warum”.
Dalida chante “Amore scusami” et danse avec Petlua Clark et Paddy Stone
Trio de Petula avec Françoise Hardy et Sylvie Vartan : un pot-pourri de leurs succès
Les Compagnons de la Chanson chantent ''Colombine'' (Gilbert Bécaud tape à la machine)
Jacques Martin et Jean Yanne: sketch
Plusieurs sketchs avec Maurice Biraud  “au restaurant”, ''L'automobiliste'', “chez le docteur” ...
Downtown                                                                           Les James Deans
“Oh sheriff” avec Pierre Tchernia comme sheriff
“Un doigt de champagne”
“Amore scusami”
Télé 7 Jours N° 246  5/12/64
Jacques Martin dans “Hello Paris”
Alain et Françoise à Londres le 23 mars 1963.
Ils partageaient la cinquième place au Concours
de l’Eurovision. Elle chantait “L’amour s’en va”,
lui “Elle était si jolie”, une ballade à succès qui
plaisait beaucoup à Françoise.
RCA Victor – 430.184
Edition : décembre 1964
“ C'était une grande vedette, se souvient Hugues
Aufray qui partagea l'Olympia et une tournée avec lui.
Mais il était à part, assez solitaire.”

” Ma vie“( 1964), c'est le dernier grand slow,
l'incontournable des dancings estime Serge Lama,
que Barrière avait pris en première partie sur sa
tournée de 1969. Ses chansons étaient ravissantes,
mais il était tellement torturé avant de monter sur
scène qu'il picolait et tournait comme un lion
en cage. Il m'avait dit : J'ai peur tous les soirs.
Il était complexe, communiquait peu et était bourru
et têtu comme un Breton. Il s'est battu contre
lui-même. Et ça l'a perdu.”
Lors des répétitions d’Alain à l’Olympia le 2 décembre Françoise Hardy vient lui dire un petit mot. (Photo : Pierre Fournier
Le 2 décembre a eu lieu à l’Olympia la première du spectacle avec Hugues Aufray et Alain Barrière.
Alain entouré de Louison Bobet et Jacques Anquetil dans sa loge
à l’Olympia le 2 décembre 1964. (Photo: Pierre Fournier).
Répétitions
Le medley que les 3 chanteuses nous offrent
contient 2 chansons intégrales : “Je n’attends
plus personne”  par Françoise Hardy et “L’ami
des mauvais jours” par Sylvie Vartan.

Pour le reste on entend  des extraits de leur succès
et  il arrive qu’on emprunte le succès d’une copine
comme Sylvie qui chante  “Cœur blessé”, tube
de Petula Clark.

Dans cet ordre les ingrédients de ce  merveilleux
cocktail : “Je suis seule ce soir” (P), “Nous on est
dans le vent” (ensemble), “Le temps de l’amour” (F),
“Cœur blessé” (S), “Pas cette chanson” (P), “Si je
chante” (ensemble), “Je suis d’accord (tous les 3
séparément), “L’idole des jeunes” (S), “Je n’attends
plus personne” (F), “Toi qui m’a fait pleurer” (P),
“Fini de pleurer” (S), “Ton meilleur ami” (F),
“L’ami des mauvais jours” (S) et la chanson
qui conclut le pot-pourri “One more time/Encore une
Fois” est chantée par  les trois complices dans la joie.
Françoise  fait tourner son siège en s'appuyant sur
l'épaule de Pétula.
Tuney Tunes N° 252  février 1965
Elle N° 989  03/12/65
Aux alentours du 6 décembre cocktail maison des disques (Au-delà de l’écran)  
Petite discussion qui ne semble pas trop plaire à Françoise Hardy qui ne faisait que passer entre deux rendez-vous.
L’actrice Maria Vincent, Los Machucambos, Dario Moreno, Denise Glaser, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault,
Jean-Claude Pascal, Fernand Raynaud, Francis Blanche.