Novembre 1968
Le 2 novembre Françoise Hardy se produit à "Samedi et Compagnie" avec "A quoi ça sert". Une version télévisée avec
une qualité visuelle particulièrement dégradée, enregistrée dans un studio rue d'Hautville.
Comment te dire adieu : 44ème place
(info Juke-box Magazine N° 259  Spécial 68)
FRANCE
HITPARADE  novembre 1968
Avec des si : 21ème place
(info Juke-box Magazine N° 259  Spécial 68)
Le  7 novembre Françoise arrive à Milan , pas pour encaisser l'argent qu'Adriano Celentano lui doit, mais pour la
promotion de son premier single italien chez CGD , "La bilancia dell' amore" , la version italienne de "Tiny goddess"
sur des paroles de Herbert Pagani. ( version française "Je ne sais pas ce que je veux").  
Elle participe à des émissions de télé, diffusées en décembre.   "Che domenica amici" (01/12), "Linea contro linea"
(21/12), "Chissa' Chi lo sa?" (21/12) et "Tutti al circo" (25/12). Elle remet un disque d'or aux Cameleonti et fait du
shopping chez Emilio Pucci pour compléter sa garde-robe.
Corriere della sera 30/11/68
L'Unita 16/11/68
L'émission "Che domenica amici" a été enregistrée à Milan,
les dimanches après-midi du 10/11/68 au 2/3/69. (17 éditions).
C'est une émission dans laquelle des sketchs alternent avec des
chansons.

Présentation: Raffaele Pisu, Ric e Gian ( une pair de
comédiens) et la chanteuse Carmen Villani.
Raffaele Pisu et Carmen Villani
La longue robe noire dans
laquelle Françoise chante
"La bilancia dell'amore"
est pourvue de fentes dans
le dos, devant et aux
emmanchures.
C'est une création d’
Emmanuelle Khanh.
Disc, London 26 oct. 1968
L'album "En anglais" est un assemblage de fort belles chansons ... mais pas forcément mises en valeur ici, et non pas de la faute de
l'interprète, mais de celles d'orchestrations ratées bien que reposant sur les épaules de fameux couteaux : Arthur Greenslade, Charles
Blackwell et Jean-Pierre Sabar. ( Daniel Lesueur - Catch a rising star p. 66).
En Anglais est le deuxième album chanté
en anglais par Françoise Hardy. Destiné
en priorité au marché anglophone,
l’édition originale a été éditée au
Royaume-Uni en octobre 1968.
La première édition française a été
publiée sous le même titre en décembre
de la même année.

L’album est composé de dix reprises
anglaises et américaines et de 2 inédits :
"Empty Sunday" et "Never Learn To Cry "
L'album est aussi connu sous le titre
"Loving", "Will you love me tomorrow",
"Françoise Hardy en anglais",...
Des douze chansons en anglais il y en a six que Françoise Hardy a enregistrées en français :
Lonesome Town (La rue des coeurs perdus) / Never Learn To Cry (Mon monde n'est pas vrai) /
The Way Of Love (Parlez-moi de lui) / There But For Fortune (Ou va la chance) /
Tiny Goddess (Je ne sais pas ce que je veux) / Empty Sunday (J'ai le cœur vide aujourd'hui, inédit).  
Les invitées du talk-show de David Frost,
"Frost on Sunday" du dimanche
10 novembre sont Françoise Hardy,
Des O'connor et Dorothy Squires.
La participation de Françoise cadre dans
la promotion de son album "En Anglais".
Le seul simple tiré de cet album pour le marché anglais comprend les chansons "Will you love me
tomorrow" et en face B "Loving you" , un succès d'Elvis Presley. Françoise est très fière de sa
version de "Loving you" et adore la manière dont Chart Blackwell utilise les cordes.
Stampa Sera 21/12/68
En face B se trouve "Io conosco la vita",
très belle version italienne de "La fin de l'été".
TUTTI  AL  CIRCO
Stampa Sera 24/12/68
Stampa Sera 24/12/68
Le téléfilm "Françoise et Udo" (voir janvier 1968) prévu pour être diffusé vendredi le 15 novembre a été supprimé...
jugé trop choquant
Le 16 novembre Françoise passe à
Europe Midi (Radio).
Source d'info : les cahiers d'ado
de Dominique Adam-Loisel.
Aux alentours du 20 novembre on enregistre "Jolie poupée" le téléshow de Sylvie , diffusé le mercredi 4 décembre.
Françoise chante "Il y a deux filles en moi" en duo avec Sylvie et puis son dernier tube "Comment te dire adieu ?"
Corriere della sera 25 novembre 1968
F.H. " J’avais et ai toujours ces couettes ridicules en horreur."
4 décembre - Jolie Poupée. Show produit par Maritie et Gilbert CARPENTIER
Réalisé par Georges FOLGOAS, chorégraphie d'Arthur PLASSCHAERT.
Avec Jacques Dutronc, Joe Cocker... 1er show que les Carpentier ont consacré, en vedette, à Sylvie.
Beaucoup de tableaux du spectacle de l'Olympia où les critiques viennent de la consacrer meneuse de revue :
Sylvie ouvre la soirée en descendant un grand escalier, escortée de 12 danseurs avec "Ne me demande pas
pourquoi", interprète "On a toutes besoin d'un homme" façon "I feel pretty", "Un p'tit peu beaucoup" avec
CARLOS en amoureux de Peynet, "La Maritza", "Irrésistiblement" et "Jolie poupée", avant de retrouver
l'escalier pour le final "Comme un garçon", avec chapeau claque. Les enchaînements sont assurés par des
sketches réunissant Sylvie, Jean YANNE et Jacques MARTIN. Le reste du show comporte "Il y a 2 filles en moi"
en duo avec Françoise Hardy, When the Saints" (façon ARMSTRONG) et "Ces mots stupides" avec Jean-Jacques
DEBOUT ainsi qu'une chanson originale de Frédéric BOTTON chantée et dansée en duo par Sylvie et Mireille
DARC : "Les idoles des années 30
Comment te dire adieu ?
Le 26 novembre Françoise Hardy est photographiée chez elle pour le magazine Télé 7 Jours
Le show de nouvel an "Surprise partie", avec une pléiade de vedettes , a été enregistrée le lendemain, le 27 novembre
à Joinville-Le-Pont. Françoise chante trois ballades : "A quoi ça sert", "Où va la chance" et "Loving you".
Françoise chante dans la longue robe du soir en lamé noir, créée par Patou,
qu'elle avait mise pour le gala franco-danois le 10 juin 1967. Il manque le
petit col blanc
Herbert Léonard et Françoise Hardy dans le public.
Françoise Hardy, Marie Laforet, Herbert Léonard et Antoine.
A quoi ça sert ?
Où va la chance ? : C'est une adaptation française par Eddy Marnay de la chanson "There but for fortune" écrite et composée
par le chanteur folk Phil Ochs qui décrit en quatre couplets des destins brisés. C'était un tube pour Joan Baez en 1965. Françoise
avait repris la chanson "There bur for fortune" sur son album "En Anglais" mais aussi la version française "Où va la chance",
une première fois chantée par Dominique Walter en 1965.
Suzanne : C'est une adaptation française et poétique par Graeme Allwright sur son album "Le jour de la clarté" (1968)  de la
chanson qui a lancé en 1967 Leonard Cohen. C'était d'abord un poème par Cohen qui a en 1966 est chantée par Judy Collins.
Le 29 novembre Françoise chante "Comment te dire adieu" dans l'émission "Au risque de vous plaire".
Jean-Christophe Averty nourrit souvent ses images d'autres images ou une scène s'ouvre dans une autre scène.
Toute ouverture peut devenir cadre pour une scène. Ici c’est une visionneuse de diapos qui va encadrer la diapo qui
est Françoise, vêtue d'une longue robe créée par Ottavio Missoni, le roi du zigzag.Quand la lumière s’éteint l’index va
relancer la diapo. Averty et son éternel jeu de cache-cache. A chaque clique on zoome ou dézoome Françoise.
Averty a des difficultés à se renouveler et la vidéo est  plutôt assommante.
Samedi le 30 novembre les téléspectateurs retrouvent Françoise qui est l'invitée de Jacques Martin dans Midi-Magazine.
Vêtue d'un pull rouge, pantalon noir et bottes noires elle chante "Suzanne" et "A quoi ça sert"   
Corriere della sera 08/11/68
Il Giornale di Vicenza 14/11/68
Studio CBE : Françoise Hardy, Serge Gainsbourg,
Estardy (en avant plan), Georges Chatelain et
Jean-Louis Proust réunis en studio CBE :
Comment leur dire adieu ?
On peut toujours rêver
Télé-radiomonde 2/11/68