Novembre 1967
Cape Times, Cape Town (South Africa) 3/11/67
En février ‘68 Françoise va faire une tournée de 3
semaines en Afrique du Sud, pays où elle est aussi
populaire que les Beatles et où on édite pas mal de
compilations uniques. C'est le pays anglophone ou
est réputée avoir eu le plus de succès mais les
classements sud-africains sur le net ne démarrent
qu'en 1969.

En novembre 1967, les contrats signés 5 ans auparavant
avec les Disques Vogue et les éditions Alpha arrivent à
expiration. Pressentant des désirs d’indépendance parmi
les chanteurs, le directeur artistique (Jacques Wolfsohn),
prend les devants et conseille à Françoise Hardy de créer
sa propre maison de production.
La société, baptisée « Asparagus » par la chanteuse,
compte 2 associés : Jacques Wolfsohn et Léon Cabat
(PDG de Vogue). La maison de disques, quant à elle,
continue d’assurer la fabrication et la distribution des
disques désormais facturés à la chanteuse.



Apparemment, ces dispositions permettent à Françoise Hardy d’être maîtresse de son travail (avec la collaboration de son
agent, Lionel Roc) et lui offrent la possibilité de pouvoir contrôler la gestion de ses revenus Il n’en reste pas moins qu’elle
demeure sous la tutelle de Vogue par le biais de ses associés ; ce qui va générer des conflits.
Françoise Hardy entre Jacques Wolfsohn et Léon Cabat, les 2 PDG de Vogue et associés de sa société Asparagus.
On fête le nouveau contrat qui va générer des conflits.
“Ma jeunesse fout le camp” , sorti en novembre’67, sera
le premier album de Françoise produit par Asparagus.
En mars 1967 Françoise avait recouru à Jacques Denjean
pour l’orchestration de son EP “Voilà” mais en octobre elle
retrouve Charles Blackwell et son orchestre pour 8 des 10
nouvelles chansons, notamment pour les ballades sublimes
telles “Des ronds dans l’eau”,“Ma jeunesse fout le camp”,
“Il n’y a pas d’amour heureux”  (première version),
“La fin de l’été”... elle puise avec bonheur dans le répertoire
français
Dès novembre ‘67 Françoise va exploiter la chanson
“Des ronds dans l’eau” du film “Vivre pour vivre” , réalisé
par Claude Lelouch. Elle a repris cette chanson en français
et dans sa version anglaise “Now you want to be loved.”
Les interprètes originaux étaient Annie Girardot et Nicole
Crosille. Musique par Raymond Le Sénéchal et texte de
Pierre Barouh.
Le 16 novembre Françoise Hardy rejoint Jacques Dutronc sur le plateau de l'émission "Palmares Jacques Dutronc"
pour chanter un couplet de la chanson“Le plus difficile”. Quand Guy Lux annonce à Jacques Dutronc qu’on va
procéder à une petite cérémonie et qu’on va lui remettre un disque  d’or, c’est Françoise qui l’apporte. Le disque d’or
correspond à une vente d’un million de disques en un an. Françoise félicite Jacques en lui serrant la main mais elle
refuse carrément de l’embrasser malgré l'insistance un peu lourde de Guy Lux .Ce geste a éveillé la curiosité de la presse.
“Le plus difficile n’est pas d’avoir Dutronc mais de le garder”
(F. Hardy)
Françoise porte la culotte et la blouse qui font partie de
la tailleur-culotte de Nina Ricci, pour remettre le disque
d’or à Jacques Dutronc.

Elle avait mis cet ensemble e.a. pour la soirée des
élections le 5 mars 1967, la première du film
“Grand Prix” à Londres le 10 mars 1967, l’émission
Tilt du 29 novembre 1967 et le Télédimanche du
21 janvier 1968.
Le lendemain, le 17 novembre, on enregistre l’émission
Tilt  (diffusion 29/11)dans laquelle Françoise présente en
avant-première “Des ronds dans l’eau” à la télé. Jacques
Dutronc chante en s'accompagnant à la guitare "Les rois
de la réforme" qu'il n'a jamais chanté à la télévision.
Françoise “aurait ” fait la connaissance du prince Ali Patrick Pahlavi, qui en pince pour elle,  le 16 novembre 1967
chez Maxim’s où elle fêtait avec Jacques Dutronc le premier disque d’or de celui-ci. Patrick l’invita à Teheran.
Françoise en parle dans son autobiographie. La presse y voit une rupture avec Dutronc qui n’aurait pas été emballé
par cette escapade. D’après Billboard du 9/12/67 Françoise Hardy se trouvait à Teheran du 19 au 24 novembre.
Françoise Hardy, en compagnie du prince
Patrick Pahlavi, quitte le Théâtre National
Populaire après avoir assisté , le 30 /11/67,
à un ballet de Maurice Béjart: "Messe
pour le temps présent"
Les triangles d’amour
( Hardy-Dutronc-Périer, Hardy-
Dutronc-Pahlavi ) font vendre.
-  Sa rolls est au parking. Elle l’a achetée pour la satisfaction du
   propriétaire.  Elle est de 1960. Pour elle c’est la meilleure voiture du
   monde. Elle l’a conduite très lentement. Elle ne s’en sert pour ainsi
   dire jamais.  
- Elle n’aime pas les sports d’hiver, elle n’y est allée qu’une fois.
  Elle n’a pas envie de se casser une jambe.
-  André Malraux est pour elle le personnage même du héros moderne.
   C’est quelqu’un de très complet.  
-  Elle ne sait jamais bien en premier ce qu’elle veut et ses disques sont toujours plus
   mauvais que ce qu’elle pensait faire.
-  Pour son dernier 33 tours et pour les autres qui vont suivre elle est intéressée à 50%.
   Ce qui fait dire à l’ami de Paris Inter qu’elle sait ce qu’elle veut, qu’elle a la tête sur les
   épaules et qu’elle est une vraie femme d’affaires.
-  Elle n’a pas voulu profiter de la radio pour démentir des informations mensongères sur
   elle ainsi que sur une certaine personne. Elle ignore de quoi l’animateur veut parler.  
-  Elle lisait beaucoup avant. Maintenant elle n’a plus le temps, elle essaie de lire des
   classiques pour être moins déçue.
- Elle a répondu à 3 questions sur les prix: Renaudot - Femina -  Goncourt  Pourquoi ?  
   Non parce qu’elle a fait de longues études mais parce qu’elle feuillette des magazines
   ans les avions.
“Que pensez-vous du dernier Beatles ?
- Je mets beaucoup de temps à aimer le dernier Beatles.
- Elle aime le théâtre , elle est une admiratrice de Béjard.
- Elle est fatiguée et reviendra présenter son dernier disque.
-  Elle enregistre en Angleterre parce qu’en
   France elle n’a pas trouvé d’arrangeur.  
   Ils sont presque tous attitrés à une vedette.
   Elle a trouvé Charles Blackwell en
   Angleterre.
Interview 30 Novembre ( Radio France 1). Paris Inter diffuse une interview (Soirée Tilt au “King Club” à Paris.
Info: cahiers d’ado de Dominque Adam-Loisel.

-  Elle veut vendre sa maison en Corse. Trop de journalistes et de photographes
   l’ennuient. Elle va en acheter une dans    une île du Pacifique, infestée de rats.
-  Elle adore les épinards, elle déteste les poissons à cause des arêtes.
-  Elle aime les chevaux depuis peu, elle en fait depuis le 29-11-07.
Le presse italienne ajoute le chanteur Maurizio Arcieri du groupe New Dada à la liste des soupirants de Françoise Hardy.
Qu’en est-il ? Il s’agit probablement d’un coup de pub au bénéfice du jeune chanteur dont les disques sont , comme ceux
de Françoise, distribués par la compagnie Jolly. Photos sont prises lors du passage de Françoise à Milan pour
l’enregistrement del’émission Partitissima.
Giovani N° 48 30/11/67
TV Sorrisi e Canzoni N° 49 07/12/67
Billboard
09/12/67
STOP N° 1003  11/12/67
HITPARADE  novembre 1967
FRANCE
14 ième place
( info Juke-box Magazine N° 246  Spécial 67)