Novembre 1965 (1)
Françoise remporte un bon succès à l’Olympia (28 octobre -  23 novembre) comme en atteste son rendez-vous avec
Denise Glaser pour le Discorama du 21 novembre où elle chante “L’amitié” et “Ce n’est pas un rêve”.
L’interview habituelle est remplacée par la voix off de Denise Glaser qui loue Françoise entre les 2 chansons.
Ca ne m’étonnerait pas que Françoise n’avait nullement l’envie d’être soumise aux questions déroutantes de
Denise Glaser qui, pas très portée sur la tendance yéyé  invita cependant quelques vedettes, se voulant ouverte à tous
les styles musicaux. Cependant, à ses yeux, plusieurs interprètes sortent du lot. Ainsi, elle appréciera plutôt Michel
Polnareff, Françoise Hardy, Hugues Aufray ou encore Salvatore Adamo.
Françoise porte, évdiemment, sa tenue favorite,
l’ensemble blanc de Courrèges, spécialement
conçu pour sasser à l’ Olympia.
Denise Glaser :

“Timide, longue, pâle,
immobile au milieu de la
tornade hurlante des jeunes
twisters , il y a deux ans,
Françoise Hardy faisait ses
débuts de vedette dans l’ombre
de Richard Anthony  à
l’Olympia .

Mais où sont les gaucheries
dans le temps ? Aujourd’hui de
nouveau à l’Olympia, bien
campée dans son pantalon
blanc, sûre d’elle-même,
douée tout à coup d’aisance et
de mouvement, voici de
nouveau Françoise.

Elle garde sa réserve naturelle,
une certaine distance qui lui est
propre, fidèle à elle-même et
pourtant transformée.
Sa voix a changé, son regard
aussi. Elle a travaillé en secret
sans jamais imiter personne et
nous trouvons cette nouvelle
apparition bien agréable.
... il y avait bien plus de monde et pourtant c’était une soirée-partie
organisée par le couple Johnny Hallyday et Sylvie Vartan pour fêter
le 11.000.000 ème disque de Johhny. Onze disques d’or, un par
million, ont été offerts par des personnalités aussi notoires que
Charles Trenet ou Marcel Archard. A l’issue de la distribution Johnny
croulait presque sous le poids de l’or. Un croulant qu’on voudrait
bien imiter.
Le cinéjournal aurait aussi bien pu citer Françoise Hardy qui assistait à la remise des disques d’or.
Charles Trenet
C’est au tour de Françoise Hardy de remettre un disque d’or à Johnny Hallyday. A côté d’elle Enrico Macias.
Hugues Aufray se trouvait aussi parmi les 11 personnalités qui remettaient un disque d’or à Johnny.
Le 18 novembre 1965 Johnny Hallyday reçoit 11 disques d’or. Ca se fête entre copains au Club Saint Hilaire.
Reportage "Gaumont Journal Eclair" diffusé dans les salles de
cinéma. Johnny fête son 11.000.000 disque et reçoit 11 disques
d'or. (19.11.1965)
Ce qui nous intéresse surtout sont les photos de Françoise Hardy vêtue de son manteau signé André Courrèges.
Elle était accompagnée de son “ fiancé ” Jean-Marie Périer au Club Sint-Hilaire.
La complicité c’est se comprendre, rire ensemble d'un simple regard et évoluer dans un véritable respect mutuel.
Marcel Archard
Variétés au studio quatre (données INA)

Collection : RTF / ORTF
Générique et auteurs : Réalisateur, Coldefy, Jean Marie ; Réalisateur, Sangla, Raoul (Enrico Macias) ;
Réalisateur, Château, Maurice (Gilles Ségal) ; Réalisateur, Sassy, Jean Paul (Roger Pierre et J-MThibault,
Françoise Hardy) ; Producteur, Maurice, André ; Interprète, Laurencia-chanteuse ; Interprète, Ricardo-chanteur ;
Interprète, Chamberlin, Lee ; Interprète, Macias, Enrico ; Interprète, Segal, Gilles ; Interprète, Eva-chanteuse ;
Interprète, Pierre, Roger ; Interprète, Thibault, Jean Marc ; Interprète, Hardy, Françoise
Descripteurs : sketch ; chanson ; mime
Date de 1re diffusion : mercredi 01/12/1965
Durée : 00:28:50
Résumé / Description de l'extrait : Variétés enregistrées au studio 4 mais non diffusées. Des jouets automates
assurent les transitions entre les différentes prestations.
Oeuvres :
LAURENCIA chante "L'Amour qui tourne autour de nous".
RICARDO chante en italien "La Carta vincente".
Lee CHAMBERLIN chante "A e li lo la" (titre incertain).
Enrico MACIAS, tout en s'accompagnant à la guitare, chante "La Part du pauvre".
Le mime Gilles SEGAL.
EVA chante "L'homme blanc dans l'église noire".
Enrico MACIAS chante "Mon coeur d'attache".
Roger PIERRE et Jean-Marc THIBAULT interprètent un sketch "Cyrano à la Peter Cheney".
Françoise HARDY chante "L'amitié".
L’émission “Variétés au studio 4” avec e.a. Françoise Hardy chantant “L”amitié” a été enregistrée mais pas diffusée.
D’après les données disponibles sur INA la date prévue était le 1 décembre mais au dos d’une photo il y a marqué que
l’émission est enregistrée pour les élections présidentielles du 5 décembre.  Les photos de Françoise, prises par Gérard
Letellier, remontent au 19 novembre  en on parle de l’émission “Variétés élections”.
Les photos de Françoise, prises lors de l’enregistrement, surgissent régulièrement dans des programmes de télé.
Jean-Paul Sassy est un réalisateur, metteur en scène et scénariste de cinéma
et de télévision français né le 29 décembre 1915 à Tunis et mort le 9 décembre
1992 à Bourg-la-Reine.
Le désespoir des singes p. 64
L’amitié
Feuille d’avis de Lausanne 25/11/65  
Têtes de bois et tendres années   24/11/65
En jetant un coup d’œil sur le programme de ce soir on retrouve les ingrédients usuels: Albert Raisner interprète à
l’incontournable harmonica un pot-pourri de tubes actuels / un dessin animé avec Têtedebois, le petit bonhomme au nez
retroussé / les duplex avec des artistes aux quatre coins de monde /  une ambiance joviale / l’osmose entre le public,
sagement assis sur les gradins, et les vedettes /  la présence de chanteurs étrangers / générique de la fin interprétée par
un chœur de vedettes ...
N’oublions pas que pas mal de chanteurs ont fait leur première télé chez Raisner et ce n’est pas forcément aux chanteurs
typiquement yéyé qu’il donne la chance.
Sophie Agacinski, assise à côté d’Albert Raisner ( toujours tiré à
quatre épingles)  présente le tiercé des nouvelles têtes :

Michel Delpech chante “Chez Laurette” de la comédie musicale
Copains Clopant qui restait six mois à l'affiche et qui a rendu
Michel  populaire.

Puis on fait place à la danse. The Jingle Jumpers lancent la
nouvelle danse avec “Leçon de Jingle Jump”.

Georges Chelon apparaît, en pleine vague yéyé, avec sa première
chanson à texte, l’impressionnant “Père prodigue”.

Les téléspectateurs votent en envoyant des cartes postales. C’est
Michel Delpech qui reviendra en janvier ‘66.
Aussi les danses à la mode sont présentées par Albert Raisner. Ce soir on essaie de lancer le Jingle Jump.
La boule doit tourner
Le corps doit rester droit
Sautez sur un pied
Tout droit, la tête levée
Voilà c’est cela
Le secret des champions  
Je crois qu’il faut sautiller de telle sorte
que la petite boule en caoutchouc,
attachée à un talon de votre soulier, reste
tourner et ne touche pas le sol.
L’hebdomadaire flamand
Humo (N° 1318 du 9/12/65)
consacre un article à cette
émission qui sera diffusée,
le mardi 14/12, sur la chaîne
wallonne.

Le titre de l’article :
“ Vier vrolijke spingers ”
(“Quatre sauteurs joyeux”)
suggère que ce sont les quatre
vedettes sur la photo qui
s’aventurent au Jingle Jump.

On voit que Monty fait une
tentative en levant une jambe
mais je vois mal que
Françoise Hardy suive son
exemple.

Les photos, qui illustrent l’article, sont prises lors des répétitions.
Pour la générique chantée Françoise ét Sylvie avaient mis leur tenue
blanche.
Répétitions “Ce petit cœur”
Françoise Hardy chante “L’amitié”, sa chanson préférée des sixties, avec un film projeté en arrière-plan. Puis elle
chante “ce petit cœur” en direct dans sa tenue blanche de Courrèges qu’elle avait mise pour l’Olympia, le même mois.

On la revoit pour le générique chanté en compagnie de Sylvie Vartan, Georges Ulmer, Monty et Frank Alamo.
La tradition veut que le générique de la fin soit chanté par un chœur de circonstance, constitué de vedettes de l’émission.
Françoise Hardy, Georges Ulmer, Sylvie Vartan, Frank Alamo et Monty chantent le générique, accompagné par Claude
Bolling au piano. En bas des images uniques de Françoise et Sylvie qui portent toutes les deux leur tenue blanche.
Deux copines, Françoise et Sylvie, qui s’entendaient très bien. La rivalité se jouait ente les fans.
Lors des répétitions Françoise n'est qu'en demi-Courrèges.
Le 13 novembre les “Who” en concert  à la Locomotive devant 1800 personnes (un record pour cette salle). On peut
remarquer dans le public Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, Jane Fonda, Roger Vadim et Françoise Hardy  qui
scintille en Paco Rabanne. (info  Rabanne , en 1965 ?, dans “pourquoi pigalle restera pigalle”).