En octobre 1967 c’est le silence autour de Françoise Hardy. En France on ne la verra pas sur le petit écran, elle ne fait
pas de tournées et elle est peu présente dans la presse à part quelques articles sur son mariage secret ou son prochain film
dirigé par son ex-fiancé Jean-Marie Périer.
Jours de France, N° 676 du 28/10/1967
Françoise s’explique dans une interview
avec Yves Salgues.
Jean-Marie et Françoise  (24 octobre 1967). Une passion qui a conduit à une amitié profonde et durable.
Jean-Marie veut filmer leur histoire d’amour avec Françoise  jouant son propre rôle.
L’article dans JDF ne souffle mot sur la relation de Françoise Hardy avec sa maison de disques qui est au sujet de changer.
(F. Quinonero “Un long chant d’amour” p. 169)
Le désespoir des singes et autres bagatelles p. 107-108
Françoise Hardy en compagnie de l'acteur et chanteur Maurice Gardett, et les
artistes Annie Fratellini et Bernard Hall qui répètent un spectacle au
“The bubbles” le restaurant cabaret de “La fontaine des quatre saisons”
à Paris, le 18 octobre 1967.
Ce n’est pas en minijupe que les téléspectateurs transalpins
verront Françoise quand elle se produit à Partitissima faisant
partie de l’équipe d’Ornella Vanoni (chanteuse que Françoise
beaucoup). Elle chantait “I sentimenti” dans l’ensemble noir
qu’elle avait mis lors de sa tournée l’été 67. L’enregistrement
diffusé le 28 octobre remonte probablement à cette periode là.

I sentimenti” atteint une 26° place au hitparade hebdomadaire et
une 73° place au classement annuel de 1967. C’est loin d’être
honteux mais aussi loin du malheur que Françoise Hardy a fait
en 1963 dans le pays qui l’a très vite adoptée au moment ou ses
consœurs Sheila et Sylvie Vartan étaient encore tout à fait niées.

“I sentimenti/Gli altri” est le dernier 45t produit par le label Jolly
qui avait e.a. acquis la distribution des disques Vogue en Italie.
A partir du 4/1/67 la RAI démarre une nouvelle émission “Quindici minuti con ...”. On consacre un quart d’heure à un
chanteur de la musique classique ou légère, plus ou moins connu. En tout il y a eu 51 éditions et on a passé 15 minutes
dans la compagnie de Catherine Spaak, Amalia Rodriguez, Alain Barrière et le 14 juillet, le jour de la fête nationale
française, 1967c’est au tour de Françoise Hardy avec l’acteur Corrado Pani, le mari de la chanteuse Mina, comme
présentateur.Elle ne défendra pas de nouvelles chansons mais accorde au public un florilège
de ses succès récents en Italie. L’émission a été enregistrée fin octobre à Turin.
Françoise se trouve sous La Mole Antonelliana qui est
une structure en maçonnerie en forme de dôme de 167
mètres de haut, érigée à Turin située via Montebello, au
cœur de la ville.

Françoise chante:

I sentimenti
Gli altri
La maison où j’ai grandi
Parlami di te
I sentimenti
Françoise Hardy et Corrado Pani.
La maison où j’ai grandi
Gli altri
Parlami di te
Le 10 décembre 1967, Françoise et 20 autres vedettes sont au générique de Dim Dam Dom dans une conte de noël russe
farfelu intitulé "Le lapin de Noel",  écrit par Roland Topor et mettant en scène Jean Rochefort et Haydee Politoff dans
les rôles principaux. L’émission a été enregistrée en octobre.

Françoise Hardy apparaît lorsque l’héroïne Véronique ( Haydee Politoff) se retrouve en prison. Le chef de la police qui
l'interroge décide de la soumettre à la torture afin d'obtenir le nom de ses complices. Il fait alors appel à son assistante
Françoise Hardy), sorte de maîtresse SM toute de cuir vêtue, chargée de la vieillir de 30 ans !  
(info Blog “Françoise Hardy en Vogue”).
HITPARADE  octobre 1967
ITALIE
Du 29 octobre au 4 novembre Françoise se trouve à Londres
pour enregistrer 10 nouvelles chansons sous la direction de
Charles Blackwell.
En Italie “I sentimenti” atteint une 26° place au hitparade hebdomadaire
En octobre 1967 la chanson “Les petits garçons” occupe la 47°
place au hitparade français. Pour autant que je sache la chanson
n’a pas été interprétée à la télé.
Stampasera 30/10/67
Octobre 1967
Le magazine Mademoiselle Age Tende d’octobre et novembre ‘67
publie un article intéressant intitulé “Françoise par Françoise”.
Françoise raconte sa prime jeunesse jusqu’à ses auditions chez
Vogue.
FRANCE