Août 1967
Le 4 août Françoise Hardy se trouve de nouveau à Cannes pour l’émission “Musique Music”, présentée par Joe
Dassin. Il lui reste le temps d’aller à la piscine, de se déplacer en voiture ou à bicyclette.
Je me demande si on a beaucoup vu Dutronc à Cannes à cette époque comme il était en tournée de juin à septembre.
Françoise Hardy sur les quais du port Canto
Françoise, en robe-chemise, chante, comme le programme l’indique, “Voilà” et “Au fond du rêve doré”
Voilà                                                                                  Au fond du rêve doré
Le soir du 5 août Françoise entame à Capua (Capoue) sa tournée italienne dont l’organisation et la publicité laisse à
désirer. Le lendemain elle se trouve à Riccione.Grâce aux infos que  Romain Pontaud a tirées du magazine Oggi et du
quotidien "Il giornale d'italia". La liste n’est pas exhaustive et peut contenir des erreurs vue qu’elle est basée sur deux
sources différentes. Au moins on a une idée et autrement qui s’en souviendrait qu’elle est aussi aller chanter en Sicile.
La Stampasera 05/08/67
Tempo N.35 29/8/67
  5/08 Capoue
  7/08 Riccione,
  8/08 Rimini
 10/08 Circeo,
 11/08 Palerme,
 13/08 Catane,Terracina
 14/08 Trani ,
             San Benedetto
19/08 Grado
         
“Un long chant d’amour” F. Quinonero p. 164
Le désespoir des singes p. 82
Françoise ne peut plus se passer de son Dutronc et elle rentrera exprès d’Italie pour assister, le 23 août, au pique-nique
organisé par Régine . Elle y retrouvera Jacques Dutronc.
ELLE – 7 septembre 1967
Le tout Deauville en pique nique chez Régine dans son presbytère d’Englesque-ville (…) Les invités : d’abord le patron
de Deauville, Lucien Barrière et sa femme, Saint-Martin et Freddy Head, les jockeys-vedettes, Agathe et Lucien Morisse
et bien sur le célèbre tandem Hardy-Dutronc. Au menu des crevettes, du mais à la crème, des rôtis, des poulets et le
fameux gâteau au chocolat. A boire : du Dom Pérignon, du cidre. Et pour terminer, le mot de la soirée que seul Bécaud
pouvait prononcer dans cette fourmilière de milliardaires : "A Deauville, l'important c'est la Rolls".
Cahiers d'ado de
Dominique Adam-Loisel
Commentaire de Françoise (e-mail)

"Ce que l’auteur écrit est sans doute proche de la vérité - mais ça faisait pas mal de temps que j’avais rompu avec
Jean-Marie. Ce qui est sûr, c’est que Jacques et moi étions très impressionnés l’un par l’autre - surtout rétrospectivement
car sur le moment je ne m’en rendais pas compte pour lui...

Cela faisait donc un an que la rupture avec Jean-Marie avait eu lieu… Oui, en août 1967, je désespérais que quelque
chose se passe jamais entre lui et moi, car il ne montrait rien, ne faisait rien, ce qui ne m’incitait guère à montrer quoi
que ce soit de mon côté… C’était un éprouvant cercle vicieux ! (J’avais écrit Avec des si… à cette époque-là) ...

Crevettes cuites au pastis ? Pouah ! Aucun souvenir bien sûr, mais ce n’est pas le genre de chose que l’aime ingurgiter...
Quant au menu de Régine, je suis toujours sidérée de voir un menu sans la moindre feuille verte. Les Anglais et les
Italiens - et même les Allemands - mettent des légumes verts ou des salades à chaque repas... "(là j'ai répondu qu'elle
parle d'un menu de Régime).
France Dimanche - 19-25 septembre 1967
Françoise et Dutronc sous le même toit

On croyait Françoise seule dans sa maison de Monticello, on croyait Dutronc, lui aussi, seul au Maroc. C'était faux ils
avaient monté un complot. Françoise est arrivée dans sa propriété le 9 septembre dernier vers 17h après avoir débarqué
à l'aéroport de Calvi. Jacques est arrivé le lendemain, un dimanche à 19h, au volant de sa Porsche  (...) Ils se couchent
très tard et se lèvent très tard. Ils ne quittent jamais la propriété. Une seule fois ils sont sortis c'était pour aller diner
sur les hauteurs de Calvi chez Tao (....) On dit qu'ils avaient manigancé ces vacances à deux lors de la soirée chez Régine
le 23 août dernier à Deauville (...) .

En 1967 Jacques Dutronc a fait une longe tournée estivale qui se terminait à Ajaccio ce qui l’arrangeait bien.

Françoise "aurait" fait la blague d'annoncer son mariage en précisant une date mais pas le mari. La presse (surtout
italienne) en fait tout un fromage mais n'arrive pas à se mettre d'accord sur la date ( 8, 18, 19 septembre...).

 
"Ce goût de la jeune chanteuse pour les postures et son suspect désintéressement pour la publicité pourrait faire supposer
aussi que l'annonce de son mariage, faite récemment à Deauville, où elle se trouvait en compagnie de Jacques Dutronc,
Lucien Morisse et sa femme, le comte d'Ornano, maire de la localité mondaine normande, et d'autres amis, à l'occasion
d'un pique-nique offert par Régine, soit seulement un stratagème pour faire parler d'elle."
"C’est incroyable cette histoire de
mariage, en 1967 je ne vois pas
comment il pouvait en être question -
il est vrai que j’avais participé à
plusieurs émissions de télévision avec
Jacques et qu’Ici Paris ou France
Dimanche avait lancé dette idée bidon
alors que nous n’avions pas la moindre
relation".
"Je n’ai jamais rien dit d’un prétendu mariage enfin ! Ça a été inventé de toutes
pièces par Ici Paris ou France Dimanche. Étant donné ma timidité maladive vis-à-vis
de Jacques que je parle d’un mariage avec lui ne me serait jamais venu à l’esprit !
Et vu la distance entre nous, je ne pouvais pas non plus avoir cet état d’esprit, et de
toute façon ce n’était pas et n’est pas mon état d’esprit. Maintenant que j’y repense,
je crois même que  Georgieff, l’attaché de presse de Vogue que ce genre de chose
amusait apparemment beaucoup m’avait prévenue d’un article dans ce sens dans
l’un des 2 journaux évoqués, et que cela m’avait très mécontentée.
Et comme Jacques était exactement dans les mêmes dispositions vis-à-vis de moi
que mo vis-à-vis de lui, jamais il n’aurait lancé ce genre de chose non plus.  Déjà à
l’époque je me méfiais beaucoup de la presse et encore plus de la presse dite à
scandale. Par dessus le marché ni Jacques ni moi n’avons été partisans du mariage".

J'adore sa façon de formuler les choses. Toujours "to the point" avec cette précision qui
permet d'exclure des malentendus.
“Elle revient d’une grande tournée en Italie et elle
s’apprête à partir pour la Belgique.
M.A.T. N° 35  01/09/67
La très photogénique Françoise nous apprend pas grand’chose en
répondant aux questions de cette interview, diffusée à la télé
belge le 15 octobre ‘67 ( Studio 5).

Elle a accepté un rôle si transparent dans “Grand Prix” parce que
c’était bien payé, elle n’est pas grand chef d’une maison de couture
parce qu’elle n’est pas une femme d’affaires, si quelque chose lui
va et c’est à la mode elle la porte, elle ne s’est pas encore mariée
parce qu’elle n’a pas trouvé une âme soeur et elle est d’avis que la
seule raison de se marier c’est avoir envie d’avoir un enfant, elle
n’est absolument pas douée pour la comédie, elle n’a aucune idée
du nombre de disques qu’elle a déjà vendues, la chanteuse qu’elle
aime le plus c’est Barbara.
Françoise en Belgique, du 24 au 26 août
Françoise à Bruxelles, fin août 1967