Juin 1967
Le mois de juin 1967 l’agenda de Françoise Hardy est rempli d’émissions de télé.

Début juin elle se rend à Sarrebruck où Telefilm Saar réalise six shows “Monsieur 100.000 Volt” autour de
Bécaud sous la régie de Truck Branss, réalisateur des émissions “Portrait in Music”. Moscou avait déjà montré de
l’intérêt. (Billboard 3/6/67).

Chaque show fut, en vue d’une distribution internationale, enregistré deux fois, une fois en allemand et une seconde
fois en anglais. Chef d’orchestre est le jazzman Raymond Bernard, arrangeur et pianiste, qui a accompagné e.a.
Marlène Dietrich, Bécaud et Reggiani. Dans son show Gilbert Bécaud reçoit un tas de vedettes internationales qui
se trouvent dans le public.
Le samedi 10 février 1968 la ZDF (deuxième chaîne allemande) diffuse le “ Monsieur 100.000 Volts” show de Gilbert
Bécaud auquel participe Françoise Hardy avec la chanson “Ein fenster wird hell” ( version allemande de son tube
anglais “All over the world”). Le show est repris le lendemain, 11 février, par la télé autriche. Le 30 juin ‘68, jour de
grève, les téléspectateurs français ont l’occasion de voir quatre “Monsieur 100.000 Volts” Shows d’affilée, dont celui avec
Françoise Hardy dans sa djellaba bleue.
L’apparition de Françoise dans le show, diffusé sur la
télé autriche, lui vaut la couverture de ce magazine.
Une fois son boulot est fait, Françoise,
assise dans le public, a pu savourer la
chanson “Göttingen”  de sa chanteuse
préférée, Barbara
On reverra le même mois Françoise portant la même djellaba dans une autre émission allemande “Paris nach Noten”,
réalisée en juin ‘67 par Heinz Liesendahl pour Bavaria Productions et présentée par Juliette Gréco qui chante 4
chansons. Le show fait le tour de Paris en chansons. Françoise chante au petit Sully “I sentimenti” version italienne de
“Et même”, face B de “Gli altri” (Voilà) dont on a arrêté la promotion en faveur de “I sentimenti”.
Françoise chante au Petit Sully , l’orangerie de l’hôtel Sully
qui est un hôtel particulier de style Louis XIII situé en plein
cœur du Marais. On voit qu’il était en rénovation.


À l'époque il y avait  en juin le festival du Marais offrant
pendant 5 semaines de la musique classique et du théâtre
dans les cours des hôtels particuliers . Des spectacles donnés
au Petit Sully en 1967 : “Tueur sans gages” d’Eugène
Ionesco (7 représentations),  “Combattimento di Tancredi e
Clorinda”, “Le mariage de Figaro”,...
Utrechts Nieuwsblad 15/7/67
Limburghs Dagblad (Pays-Bas): 29/06/68
Friese koerier (Pays-Bas): 29/06/68
L’ORTF a diffusé l’émission, un soir de
grêve, sous le titre “Paris Show” le
5 février 1970.
Aux Pays-Bas on annonce ce show , qui est programmé le 15 juillet ‘67,
sous le nom  de “Parlez-moi  d’amour” d’après une des quatre chansons
que Juliette Gréco, l’invitée principale, interprète. Notons que Juliette
Gréco a donné un récital durant le festival du Marais en juin’67.

Une année plus tard le show est rediffusé sous le nom “ Parijs met muziek”
Participants Paris Show:  

Juliette Gréco: “Paris canaille”  
Udo Jürgens: “Immer wieder geht die Sonne auf”
Alice et Ellen Kessler: “Come back to me”
Rika Zarai: “Un beau jour”  
Juliette Gréco: “Si tu l'imagines”
Adamo: “Vivre” / Les  Parisiennes: “Grand prix”   
Michel Polnareff: “Love me”  
Alice et Ellen Kessler: “Un homme et une femme”  
Juliette Gréco: “Un petit poisson un petit oiseau”  
Les Petits Chanteurs à la Croix de bois: “Enfants de tous pays”  
Les Swingle Singers:  “Concerto à six”  
Barbara: “Chaque fois”
Françoise Hardy: “I sentimenti”  
Nancy Wilson: “Call me”  
Juliette Gréco: “Parlez moi d'amour” .
Ce show allemand était réalisé en coproduction avec les les chaînes de télé AVRO, ORTF et RAI.
Le 29 juin 1968 la première chaîne allemande diffuse “Paris nach Noten”.
En Italie le show est diffusé le 5 juillet 1969 sous le nom
“L’aria di Parigi”.
Le 3 juin Françoise chante à la finale du concours de miss Europe qui se déroula à Nice au Palais de la Méditerranée
Miss Finlande, Italie, Jacues Dqutronc & Miss Pays-Bas.
La Stampa 5/6/67
Les seuls moments agréables nous ont été offerts par Françoise Hardy.
Début juin Vogue sort l’EP EPL 8566 avec 4 chansons écrites par Françoise. La promotion à la télé sera ciblée sur
3 chansons: la superballade “Voilà” déjà enregistrée en février ‘67, sa chanson préférée à l’époque “Au fond du
rêve doré” et “Qui peut dire ?”   
Le 8 juin on verra un Palmares
exceptionnel, intitulé “Palmarès
Parade” dont l’invitée d’honneur
est Dalida qui fait sa rentrée aprés
sa tentative de suicide le 26 février.
Pour ce Palmarès Parade on quitte la formule
habituelle. On ne met pas en concurrence les cinq
chansons d’un même artiste .

Les 15 artistes présentent ce soir leur nouveau succès
sans entrer en concurrence. Question de ne pas trop
évoquer l’atmosphère de compétition qui régnait à San
Remo qui a mené au suicide du chanteur Luigi Tenco,
amant “secret” de Dalida. Leur chanson “Ciao amore”
n’était pas retenue à la soirée finale.

Une Françoise, blonde et bronzée , très touchante
présente pour la première fois “Voilà” qui sera un des
tubes de l’été.
Françoise est introduite par les premières mesures
de “L’amitié”. Cette chanson est écrite par
Bourgeois et Rivière qui sont aussi dans l’émission.
Françoise qui appréhend les documents d’antan aime
beaucoup ce clip. Elle est d’une beauté sensationnelle
avec sa peau tannée et ses longs cheveux décolorés par
le soleil.
Le 10 juin Françoise Hardy chante au gala à l’occasion du mariage de la princesse Margrethe de Danemark
avec le comte Henri de Monpezat. Ce gala de variétés franco-danoises , présenté par Georges Ulmer, est
diffusé depuis Copenhague. Françoise, dans sa robe achetée chez Patou, offre en play-back deux chansons:
“L’amitié” et “La maison où j’ai grandi”.
Françoise porte une écharpe-cravatte jaune sur une chemise bleue foncée.
Le disque qui reprend les 2 chansons présentées au
gala entre au hitparade danois fin juin et atteint une
4ème place début août 1967. Il s’installe dans le
top 20 pour 13 semaines.
Billboard 7 octobre 1967
“Vogue in Scandinavia” par Espen Eriksen

Dans cet article l’auteur prétend que des artistes Vogue c’est Françoise
Hardy qui vend le mieux au Danemark, malgré une concurrente de taille
comme Petula Clark, suite à ses visites à ce pays.
Il cite le gala royal du 10 juin 1967 et sa visite à Copenhague pour la
première du film “ Château en Suède”.
Aux années soixante, tout le 
monde avait vu ( chez lui ou 
chez les voisins ) une grande 
émission télévisée comme le 
gala et on en parlait dans la 
rue. L’impact de la télé sur la 
vente des disques était 
considérable.
Le lendemain, 11 juin, on retrouve Françoise au sud du Portugal. Elle a chanté à l'inauguration de l'hôtel Algarve à
Praia da Rocha. Elle a été interviewée dans l'émission Discorama , présentée par Carlos Cruz et diffusée le 5 juillet.
Rafael est arrivé tôt à l'aéroport, bien préparé. Françoise, elle est arrivée en retard et était  de mauvaise  humeur.
Françoise , habillée tout en noir, s'est installée sur une terrasse et a bu beaucoup de thé. Elle s'est mise à lire un
livre sur les chefs-d'œuvres de films d'animation. Elle a profité du Portugal ensoleillé pour prendre un bain de
soleil attendant son transport à l 'hôtel Algarve,. Elle était aussi sérieuse qu'une étudiante à l'époque des examens.
Elle répondait "Ca m'est égal" aux journalistes qui voulaient la photographier.

Son agent Lionel Roc s'est entretenu avec les journalistes tandis que Françoise se bronzait en lisant son livre.
Il a expliqué qu'après le spectacle à l'hôtel Algarve l'Angleterre l'attend. Elle chantera à Cambridge pour les
étudiants , dont le prince Charles, en présence de la famille royale.

Françoise a été ravie d'aller chanter à l'Algarve mais était trop fatiguée et ne voulait pas être dérangée.
Les journalistes ont essayé de lui parler mais elle a dit peu de choses et se  contenta de sourire. Mais on l'a
vue  plus gentille et élégante en prenant congé de la presse
Rafael est allé se coucher. Il  avait dormi seulement trois heures la veille.
Diario de Lisboa 12 juin 1967
Fête inaugurale de l'hôtel Algarve à Praia da Rocha
L'article ci-dessus parle de l'émission Discorama qui a diffusé la fête inaugurale de l'hôtel Algarve. Le présentateur
était Carlos Cruz . Sur Facebook Carlos Cruz raconte  qu'il avait rencontré Françoise quand ils avaient fait le trajet,
côte à côte, entre Lisbonne et Faro (et retour ) pour l'ouverture de l'hôtel Algarve à Praia da Rocha. Ils ont parlé
tranquillement comme on fait entre bons amis. Mais lors de l'interview pour Discorama là voilà , devant  la caméra,
elle a joué la vedette ce qui  contrastait avec la jeune fille simple qu'il venait de rencontrer dans l'avion. Elle était
stressée lorsqu'on lui a demandé si elle était nerveuse avant d'aller sur scène. Elle était spéciale.
Ce Discorama, comprenant des interviews de Françoise , Rafael et Eduardo Nascimento par Carlos Cruz dans un bus
(Faro - Praia da Rocha) et des extraits du concert à l'hôtel Algarve, a été diffusé le 5 juillet à 20h 50.
Françoise était l'attraction principale de la fête inaugurale de l'hôtel Algarve où elle était toujours accompagnée
d'un homme court, idiot qui filtrait toutes les tentatives d'entretien avec Françoise. Elle a refusé de faire les tests
de son avant le concert. Elle est le prototype de la anti-vedette adoptant le style Chelsea. Elle porte une veste de
couleur pourpre, une blouse en jersey noir très beatnik, un pantalon noir de velours côtelé et des bottes noires.

Elle a chanté à l'hôtel Algarve, dans sa tenue blanche de Courrèges , " Tous les garçons et les filles", "L'Amitié,
"Mon amie la rose" et des versions françaises de chansons anglaises.
Françoise est à moitié sourde
à cause d'une plongée trop
profonde.

Elle était assise devant moi
quand j'ai  remarqué que
chaque fois que je lui
adressais la parole elle
étendit son cou, les yeux
ouverts. Elle avait du mal à
m'entendre mais son agent
à côté d'elle , lui il comprenait
tout ce que je disais.

Françoise était vêtue de
couleurs claires, elle était
très bronzée et a parlé avec
enthousiasme de sa tournée
en Afrique noire qu'elle  a
récemment effectuée avec
Jean Jacques Debout .

L'Afrique lui a plu . Au milieu
de la conversation, le
téléphone sonna.  C'était sa
mère pour annoncer que les
travaux  de construction de
la villa en Corse s'étaient
terminés.

Françoise craignait de rester
sourde ce qui causerait un
grand problème mais ça s'est
amélioré.

Au bout d'un moment
d'hésitation elle nous a
raconté ce qui s'est passé.
" J'ai eu un accident en
Afrique. Au cours de ma
tournée, j'ai découvert le
plaisir des plongées
sous-marines et quand je
suis intéressée par quelque
chose de nouveau, je ne suis
pas assez prudente.

J'ai plongé trop profondé-
ment sans prendre des
précautions et j'ai senti un
déclic dans ma tête comme
si les os s'effritaient.
J'en étais complètement
inconsciente quand je suis
revenue à la surface.
Tout tournait, je ne pouvais
pas rester debout et j'étais
complètement sourde ce
jour-là. J'ai dû annuler le
concert.

Je suis retournée en France
et j'ai consulté dix experts en
troubles de l'audition. Ils ont
tous déclaré que je ne
retrouverais pas complète-
ment l'ouïe. Comme j'ai
toujours mal entendu , je
n'étais pas inquiète.

Je lui ai demandé si elle
avait eu une mauvaise
expérience en Afrique. Au
contraire elle trouve que
c'est un continent merveilleux
et qu'elle veut y retourner
mais seulement avec
l'homme de ses rêves.
L'émission Discorama nous offre des images de Françoise Hardy qui monte dans l'avion à destination de Faro.
On remarque aussi le pianiste Jean-Pierre Sabar (chemise à carreaux). A bord de l'avion elle est
interviewée par Carlos Cruz. Quand elle descend de l'avion Françoise est accompagnée par son agent
Lionel Roc qui porte sa guitare. Controle des bagages et puis en route pour l'hôtel Algarve. Elle descend
de la voiture, toujours en compagnie de Lionel Roc.

Françoise s'aligne devant le buffet. Puis on la voit attablée  en bavardant. Finalement le montage  se
termine sur des images du spectacle à l'hôtel Algarve avec e.a. Françoise Hardy chantant "Et même".
Ses 3 choristes donnent le rythme en clappant dans les mains.

Françoise Hardy est arrivée en retard et peu disposée à parler. Elle semblait indifférente à tout ce qui
touche son métier.Elle était accompagnée de ses trois choristes, son groupe de musiciens, son agent
Lionel Roc et son représentant portugais.

Françoise a  visité les boutiques à Albufeira. Françoise s'était emportée parce qu'elle pensait que les Beatles et
Frank Sinatra étaient venus jouer à l'hôtel Algarve et que  l'organisation ne lui laisserait pas le temps de répéter
les chansons et de tester le son. Mais pour l'auteur de l'article, Mario Henriques, la faute est à Françoise et son
groupe qui ont refusé de répéter avant le diner. On ne s'étonne donc pas que  lors de ses répétitions les premiers
invités entraient déjà dans la salle. Françoise, toute vêtue de blanc, a chanté "L'amitié", "Je n'attends plus
personne", "Ce n'est pas un rêve", "Mon amie la rose" et "Tous les garçons et les filles"
Le 12 juin Françoise chante à Cambridge au Cambridge May Ball pour les étudiants. Mlle Françoise Hardy
needs no introduction as she was hugely popular at that time in the UK.
Chaque collège à Cambridge avait son 
“May ball” souvent organisé en juin après 
les examens. Françoise aurait aussi 
chanté le 12 juin 1967 au Christ’s 
Summer Ball qui avait aussi réussi à
engager The Who, Georgie Fame, 
The Moody Blues et The Herd.
On pourrait traduire “der goldene Schub”
par “Le tir d’or”. Cette émission de variété
et de jeu , présenté par Lou van Burg
(d'origine néerlandaise),  était
la première télé interactive en Europe.
Les participants et les téléspectateurs regardaient à travers le viseur de
l’arbalète, montée sur un statif, un cible (jeu qui s’inspire de la légende de
Willem Tell). Par téléphone on donnait des instructions ( “plus  haut”,
“à gauche”...) à un caméraman blindé.

D’après un fan qui a vu l’émission Françoise , en costume blanc de
Courrèges” aurait chanté “La maison où j’ai grandi”.

C’est Gina Lollobrigida qui donne le coup d’envoi.
Le 14 juin, Françoise Hardy à l’aéroport
de Francfort pour participer le lendemain
à l’émission allemande “Der goldene Schuß”.
Dans l’émission, “magazine féminin”, diffusée le 10 juillet, Françoise est interviewée chez elle par Micheline Sanfrel.
Françoise se souvient du record qu’elle a battu dernièrement. Un soir dans le sud du Portugal, le lendemain elle
chantait à Cambridge et le surlendemain à Francfort.
Timidité: elle porte des minijupes les gens dans la rue
regardent mais ça ne la gène pas tellement dans la
mesure que ce sont des gens qu’elle ne connaît pas.
Elle est timide avec certaines personnes, des gens
qu’elle connaît et qu’elle porte en haute estime. Là
elle est terriblement gênée, intimidée, impressionnée
mais si ce sont des gens qu’elle ne connaît pas ça lui
est complètement indifférent.

Elle a besoin d’admirer pour aimer

Une fois, pour une première, elle a envoyé un
télégramme à George Brassens qu’elle ne connaît
pas et qui est une des personnes qu’elle admire le
plus au monde

Ca fait six mois qu’elle enmène Proust partout,
qu’elle emporte dans tous ses voyages

La maison en Corse est beaucoup plus à son goût,
vraiment, quand on l’a fait faire elle savait bien mieux
ce qu’elle voulait, aimait que quand elle a eu ce studio.

Elle chante la dernière chanson enregistrée (avec
l’orchestre de Jacques Dutronc )“Qui peut dire ?”
Magazine Féminin
Les thèmes que l’interview aborde.
La séquence avec Françoise était détruite au développement
et elle a pu recommencer quelques jours après.
C’est de nouveau “Qui peut dire ?” que Françoise
chantera dans “Douce France” (diffusé le 8 juillet
mais enregistré en juin).
Le 24 juin Françoise chante à l'Hippodrome de Waregem, en Belgique.

C’est Léon Zitrone ( qui  commentait les grands événements mais, passionné de chevaux,  aussi les courses hippiques )
qui l’avait présentée au public. Le surlendemain  26 juin, il l’interviewe dans son studio, rue du Rocher.
On parle de son concert à Waregem.
Françoise reste en Belgique pour participer au “Parapluie des vedettes”  le 25 juin à Huy.
Le 28 juin on enregistre Dim Dam Dom (diffusé le
9 juillet) avec Françoise Hardy chantant “Voilà”.
Dans les avant-premières Tilt a le plaisir
d’accueillir Françoise Hardy qui chante “Qui
peut dire?”. Playboy Jacques Dutronc chante
“J’aime les filles”, personne n’en doute.
Lors des répétitions Françoise porte un manteau signé Courrèges mais dans l’émission elle est habillée d’une autre façon.
Avant de se rendre au festival de Venise Françoise prend un bain de soleil dans la baie de Naples où elle se trouvait
pour chanter “I sentimenti” dans l’émission “Una voce in vacanza” diffusée le 28 juillet 1968.
La fête inaugurale de l'hôtel Algarve s'est terminée à l'aube.
Mille deux cents invités, en tenue de soirée, ont dansé au
son de trois ensembles modernes et écouté  par les
haut-parleurs Françoise Hardy, Raphael, Teresa Tarouva
et Eduardo Nascimento. Il y avait du homard en abondance
et du whisky à gogo...

Des gens de tout le Portugal ont assisté à l'arrivée des invités.
Il y avait des parties à l'intérieur et l'extérieur de l'hôtel.
Des feux d'artifice ont été lancés du bord de 40  chalutiers
qui se trouvaient dans le lagon d'Albufeira.

Françoise Hardy : Le public est froid, j'ai connu d'autres
endroits " ...
Et la relation avec Dutronc, où en-est elle ? Françoise s’explique dans le SLC
paru le 1 septembre 1967 (photos fin juin/début juillet) .
“Una voce in vacanza”: Françoise chante “I sentimenti”en portant du
smoking YSL le pantalon et la chemise à jabot.
TILT  29 juin
Jacques Dutronc et Sylvie Vartan
Photo SLC
Françoise, plus voyeuse qu’exhibitionniste, aime bien manier la caméra.