Juin 1964 (1)
Dans l”émission de “Douce France”, diffusée le 28 septembre Françoise Hardy chante ses deux grands tubes qui
remontent à 1962. “Tous les garçons et les filles” marchant dans une rue et “Le temps de l’amour” ramant dans une
barque sur un canal.
L’émission “Douce France” est une émission tournée à l’éxtérieur qui met en valeur pas seulement des chansons
mais aussi des endroits en France. Sur les bords de la Maine Charles Trenet chante “Douce France”. Petula Clark
voit “La vie en rose” dans un champ de blé, Alain Barrière chante “Cathy” et “Elle était si jolie” en se promenant
dans un champ.
De toute façon la séquence avec “Tous les garçons
et les filles” est enregistrée le 6 juin 1964 comme il
est indiqué sur la planche-contact.

Vu l’ensemble qu’elle porte pour “Le temps de
l’amour” j’ose dire que cette séquence est
réalisée à peu près à la même époque.
Le journal actualité de Pathé montre en juin dans les salles de cinéma des images de Françoise Hardy qui, en
s’accompagnant de sa guitare, compose la chanson “Et même”.
Françoise Hardy doit chanter le 7 juin à la fête de plein air de la coopérative du lycée Benjamin Franklin à Orléans
Il est assez surprenant à première vue et sans doute assez rare qu’un lycée ouvre ses portes à une vedette de la chanson
moderne alors que les maitres redoutent ordinairement pour les élèves l’invasion des rythmes étranges qui détournent
de la vie studieuse ... Il existe à côté des fans dont le culte délirant se manifeste par des scènes d’hystérie, des amateurs
raisonnables qui trouvent dans le chant délaissement et plaisir. C’est à ce public que s’adresse Françoise Hardy qui se
souvient de l’époque où elle était élève sans histoire d’un lycée parisien. (La République du Centre - 28 mai 1964).

Dimanche 7 juin à 17 h 30 le lycée Benjamin Franklin ouvrira toutes grandes ses portes pour la fête de plein-air de sa
coopérative ... Cette fête a été organisée essentiellement par un comité d’élèves qui a su fort bien doser les parts de
récréation pure, de sport et de travail éducatif. Cette idée n’est nullement une kermesse, les visiteurs trouveront un
spectacle de qualité et toute une gamme d’expos montrant la variété des activités d’un lycée moderne et bien équipé.
La fête a pour but d’apporter une aide financière à une œuvre sociale et culturelle : l’organisation des loisirs
postscolaires d’une communauté de 2.000 élèves ... Les jeunes spectateurs pourront applaudir ensuite à 17h30 Françoise
Hardy accompagnée par l’orchestre de Marcel Hendrix. (La République du Centre -  6 juin 1964).

Françoise Hardy fut la vedette de ce spectacle de variétés. C’est à juste titre qu’elle souleva l’enthousiasme des lycéens et
du public. Elle était l’invitée d’honneur et son répertoire moderne devait lui valoir des applaudissements réitérés.
(La République du Centre -  8 juin 1964)
Dans la cour du lycée Benjamin Franklin à Orléans, suivi d'un match de handball entre deux équipes de lycéens.
De nombreuses personnes réunies devant une scène, puis un ensemble musical jouant sur la scène. Dans la cour,
un homme passe derrière le public. Sur la scène, spectacles de danse traditionnelle et démonstration de
gymnastique. Concert de Françoise Hardy. Une jeune fille dans le vent
Sur Internet il se trouve une vidéo “Fête au lycée Benjamin Franklin” réalisée par Michel Brouard. Hélas l’apparition
de Françoise se déroule dans l’obscurité. Elle portait sa jupe bleu sans manches et il y avait énormément de vent.
Françoise, Jean-Jacques Debout et Dick Rivers chez des jeunes aveugles ( Centre Aveugles, 15 Avenue Beaucour).
Françoise était venue en voiture avec JJ Debout. Cet événement qui  a été télévisé (Journal de Paris du 10 juin 1964).
Cette visite est liée au gala qui sera donné la semaine suivante, le 16 juin, à La Mutualité
Françoise Hardy vous êtes à l’origine
de ce gala puisque Artur Robero (?)
vous a contactée la première

FH : “Oui enfin disons qu’il a contacté
mon imprésario et moi j’ai appris ça
par la suite”

“Pourquoi avez-vous accepté de
participer à ce gala?”

FH : “Parce que d’une  façon générale
j’accepte ce genre de gala mais ... d’une
façon générale également il n’y a pas
toute la publicité qu’il y a pour celui-ci
et je ne savais pas que c’était une
opération si vaste”.
Le tournoi de Pesaro , qui en 1964 avait lieu au teatro Rossini ( maison
d’opéra de Pesaro ) est diffusé sur la première chaîne italienne le
31 août 1964 mais enregistré le 13 et 14 juin ‘64.

Il y a deux soirées et chaque soirée est divisée en deux parties. D’abord
les seize débutants (girone A) qui sont en compétition et en seconde
partie une pléiade de vedettes (girone B), hors compétition.

Le samedi  13/6 est réservé aux anciens succès, le dimanche 14/6 aux
succès plus récents. Le spectacle est présenté par Corrado Pani
et Helen Chanel. Orchestre sous la direction de Peppino Principe.
Régie: Vito Molinari.

Dans la liste impressionnante de chanteurs “professionnels” la France
est bien représentée.

Michel Secher, Paolo Dani, Nevil Cameron, Noris De Stefani,
Jean-Pierre et Natalie, Bruno Lanzi, Marc Aryan, Isabella Jannetti,
Britta Martel, Peppino Gagliardi, Pierre Barouh, Vasso Ovale,
Michel Paje, Piero Focacia, Alice Donna, Rikki Gianco, Leopoldo,
Gianni Maser, Audrey, Fausto Leali, Los Tres Caballeros, Michele,
Daniel Gerard, Little Tony, Rika Zarai, Pino Donaggio et
“last but not least” Françoise Hardy.

Les quatre artistes ayant vendu le plus de disques seront récompensés, fin
septembre, d’un disco d’oro ce qui est le cas pour e.a. Michele, Audrey
et Françoise Hardy qui a chanté “Il saluto del matino”.
Programme télé RAI Uno 31/08/64
Billboard 14 Aug 1965
Les gagnants du girone A: Gianni Rock ( qui en ‘66 change son nom en Massimo Ranieri ) , Zarino et Giovanna Casella.
Billboard 25/07/64
Françoise Hardy au festival de Pesaro 14 juin 1964
The International TV show of
Pesaro served to introduce on
the Italian record scene some
foreign artists who had the
occasion to make their debut
on Italian TV screens.

The record firms that agreed to
cooperate in the organization of
the show, offering their artists,
were : Saar, CGD, CGD
International, EMI Italiana,
Durium, RCA Italiana, Jaguar,
Phonogram, Ariston, Bluebell,
Combo, and Surf.

The greatest group of artists
was presented by Saar, which
along with the top French star
Francoise Hardy, of Disques
Vogue, presented another Vogue
artist Michel Paje, and other
two French talents recently
pacted by the new Lucien
Mourisse label, "Az."
Name s of two artists are
Daniel Gerard and Pierre
Barouh.
The International Show of
Pesaro, introduced to the Italian
market the first recordings of
the new French label,
distributed in Italy by Saar.
(Cash Box 4 juillet 1964).
Le 16 juin Françoise Hardy participe à un gala organisé par SLC pour fêter le 2ème anniversaire de sa création.
Le gala s’est déroulé au Palais de la Mutualité au profit de la caisse des jeunes aveugles. Y participent également
Sylvie Vartan, Hugues Aufray, Dick Rivers, Jean-Jacques Debout, Frank Alamo . Le gala fut présenté par Daniel
Filipacchi ( Jours De France N° 500 13 juin 1964).
Les Orléanais ont eu dimanche (7 juin) la primeur de la nouvelle tenue de scène de Françoise qui a abandonné sa
traditionnelle et trop sévère robe noire pour une robe en crêpe bleue marine avec jupe plissée et haut blousant que
Marie Martine a créée pour elle. (Jours de France n°500 – 13 juin 1964)
France Soir - Edition du 18 juin 1964
Frank Alamo fut le seul qui fit lever l'oreille aux inspecteurs en civil qui assistaient hier soir à la Maison de la
Mutualité à la soirée SLC organisée au profit des jeunes aveugles. Des cars de police et même des ambulances
avaient pris place bien avant le début du spectacle dans les rues avoisinantes. Un an après les incidents de la
Nation les fans de rock sont assagis. Le calme relatif s'explique par l'absence des très grands. Johnny,
Richard Anthony, Sylvie Vartan, Sheila manquaient à l'appel. Seule idole de premier plan présente : Françoise Hardy
qui n'a pas un répertoire fait pour survolter une salle. Leny Escudéro non plus.
Le Figaro – 18 juin 1964
Pas copains avec l’acoustique
La grande vedette cette nuit à la Mutualité, au gala de SLC a été la sono. Capricieuse comme La Callas, elle a aussi
connu des défaillances regrettables et le « rock » a souvent fait place à la « musique concrète ». Mais moins combatifs
que les mélomanes de l’Opéra et sans doute plus habitués à ce genre d’accident, les yéyé ont fait preuve d’une patience
au-dessus de leur âge. En fait c’était dans les coulisses que l’atmosphère était surtout tendue. Car cette fameuse
sonorisation appartenait à Françoise Hardy. Par miracle, les 29 haut-parleurs fonctionnèrent à peu près bien lorsque
son propriétaire passa en scène. Mais les Surfs, Billy Bridge et Nancy Holloway ne garderont pas un bon souvenir du
matériel artistique de l’interprète de TLGELF. Au dernier moment Daniel Filipacchi de peur de provoquer ses fans
avait décidé de ne pas présenter le spectacle. Je préfère un gala endormi à un gala mouvementé expliqua-t-il.
À l’entracte, ses vœux s’étaient réalisés.
En parcourant l’Internet je trouve qu’à ce gala à la Maison de la Mutualité ont aussi participé Les Chaussettes Noires
Et Ronnie Bird
Peut-être un peu dépassés par l’ampleur de leur succès, le journal et l’émission de radio vont contribuer à la
disparition médiatique du rock’n’roll français en arrêtant de le promouvoir. Il est devenu trop subversif. On déclare
que Vince Taylor et Moustique notamment, à la suite de Johnny Hallyday, attirent les blousons noirs.
Le soir du concert de la Nation (22 juin 1963), Daniel Filipacchi déclare « soyez gentil si vous voyez des blousons
noirs appelez la police »
Et si, lors de cette soirée, figurent encore au programme Johnny Hallyday et les Chats Sauvages, le concert
anniversaire de 1964 à la Mutualité sera, un an plus tard, sans ambiguïté quant à l’éradication du rock’n’roll.
S’y succèderont en effet Frank Alamo, Jean-Jacques Debout, Françoise Hardy, Sylvie Vartan, Tiny Young.
Place donc aux yé-yé, qui sont des artistes « moins bouillonnants, moins agressifs que ceux de la première
génération du rock’n’roll  Les médias et les maisons de disques choisissent, dorénavant, de faire la promotion
d’artistes jeunes certes, mais au répertoire plus consensuel ( La Production de  la Culture | Gérôme Guibert)
De retour d’Italie en avant de partir pour l’Espagne Françoise va , à l’initiative du magazine Tilt , rencontrer la
nageuse Kiki Caron dont elle est la chanteuse préférée.


Ici Paris N° 989  10/6/64
STOP N° 622  24/6/64
Triunfo N° 109  04/07/64
Vogues Actualité été 1964
Le 19 juin Françoise participe au gala organisé par la Société française de Bienfaisance à 21h30 au Parque del Retiro
à Madrid
Juin 1964 : Françoise est partie pour
Madrid, puis Palma, Ancone en Italie
pour se retrouver le 30 à Venise.
Cine en 7 dias  N° 168  27/06/64
L'entreprise HISPAVOX est fondée par José Manuel Vidal Zapater en 1953.
Il a exercé en tant que président d’exécutif jusqu'à être remplacé par son frère Luis
Vidal en 1977. La compagnie a commencé à fonctionner en 1955 comme fabricant
de disques, en principe pour autres maisons de disques du moment, comme les
filiales espagnoles de Telefunken ou Belter.

C'est vers 1956 lorsqu'elle commence à éditer et fabriquer des disques des entreprises
françaises Véga et Vogue, ainsi que le label de musique classique, Les Discophiles
Français et d'autres de moindre importance. Hispavox entame sa propre maison de
disques et implante le système microsillon, pionnier en Espagne, uniquement utilisé
à cette époque par Hispavox.
El Diario Vasco  30/06/64
Le 20 et 21 juin Françoise se produit au Tito’s, la boîte de nuit la plus cotée de Palma de Majorque.
Baleares 20/06/64
Hundreds of National and International stars also performed at the club, including Marlene Dietrich, Dean Martin,
Louis Armstrong, Ray Charles, Tom Jones, Dusty Springfield and Shirley Bassey. Alain Delon, Grace Kelly,
Sean Connery, Charles Chaplin, Aristotle Onassis, Maria Callas and Elke Sommers are just some of the stars that
danced the night away at Tito's.
Photo : Jean-Marie Périer
SLC N°  25  01/08/64