La grande farandole : “On se quitte toujours” 11/04/64
À partir de 1960, après une proposition du directeur des variétés de l'ORTF,
Maritie et Gilbert Carpentier se tournent vers la télévision. Ils créent d'abord
des émissions avec leurs amis Roger Pierre et Jean-Marc Thibault,
tournées en direct et diffusées sur l'ORTF.

L'année suivante, en 1961, ils créent une émission régulière, La Grande
Farandole . En tout il y aura 13 émissions diffusées du 29 novembre
1961 au 27 mai 1970. De nombreux amis artistes les rejoignent alors, parmi
lesquels Jean Poiret, Michel Serrault, Jacqueline Maillan et Jean-Claude
Brialy. À partir de 1963, ils conçoivent les émissions Sacha Show, où Sacha
Distel fait office de présentateur de variétés. Les Sacha Show deviennent vite
très populaires et seront diffusées pendant huit ans.
Maritie et Gilbert Carpentier
Roger Pierre et Jean Marc Thibault jouent dans “La grande farandole“
différents sketches, souvent avec les autres invités.

Le fil rouge ce soir est un personnage masqué, Tubex, joué par Pierre Doris,
un comédien et humoriste français. Cet individu sinistre a un slogan
“mort aux tubes”et il va très loin dans ses sabotages.
Roger Pierre et Jean Marc Thibault,
des parachutistes hors pair dans
“La grande farandole” du 11 avril ‘64
Le 2 avril Jacques Brel sur le plateau de
“La grande farandole”, poignardé dans le dos.
Brel nous offre 2 chansons : “Les bonbons” et “Mathilde”
Hugues Aufray et le Skiffle Group nous chante son
nouveau tube “Dès que le printemps revient”. C’est
avec ce titre qu’il avait représenté le Luxembourg
au Concours Eurovision de la Chanson le 21 mars à
Copenhague. Il s’était classé 4e ex aequo avec la
chanteuse Rachel. C’était Gigkiola Cinquetti qui avait
remporté le concours avec “Non ho l’eta”.
Tiny Young chante : "Il n'y a pour moi qu'un seul
garçon sur la terre" avec Roger Pierre (mari) et Jean
Marc Thibault (le seul garçon sur la terre). Dans la
cuisine, Tubex coupe le tuyau d'arrivée du gaz
Petula Clark est ligotée par Tubex qui s’enfuit devant
nous deux héros, descendus du toit en parachute qui libèrent
Petula. Elle chante un tube potentiel "Prends garde à toi". On la
ligote à nouveau dans l’espoir d’attraper Tubex.
L’histoire dans laquelle Françoise Hardy est impliquée, pendant
qu’elle chante “On se quitte toujours”, est assez simple et ne
demande pas grand-chose au niveau du acting. Françoise ne sait
pas jouer la comédie, incapable de  feindre des sentiments et en
plus elle a peur du ridicule... alors.
Tubex, ressemblant à Zorro, débranche un
projecteur au-dessus de la tête de Françoise qui
suit le manœuvre d’un œil inquiet. Il lui suffit
de quitter les lieux à temps.
Roger Pierre et Tiny Young
Roger Pierre, Petula Clark et Jean Marc Thibault
Photo : André Grassart
Snip snap snude : “J’aurais voulu” 11/04/64
Le 10 avril Françoise se rend à Copenhague pour figurer dans “Snip Snap Snude”, l’entrée danoise pour la
Rose d’Or de Montreux 1964. Elle chante “J’aurais voulu” dans cette comédie musicale qui est censée être drôle
mais qui ne saura pas charmer le jury et passera inaperçue. L’émission est programmée le lendemain soir à 20 h 50
sur la télé danoise. Françoise est entourée d’un cast d’acteurs, musiciens et chanteurs danois à part Anita Lindblom
qui est une chanteuse et actrice suédoise.
Directors : Marianne DrewesBent Fabricius-Bjerre
Writer : Erik Balling
Stars : Daimi Erik Frederiksen Poul Godske

Daimi ... Singer
Erik Frederiksen ... Narrator (as Frederik)
Poul Godske ... Musician - keyboards
Jørn Grauengaard ... Musician - guitar
Françoise Hardy ... Singer
Jens Oliver Henriksen ... Singer
Jørgen Ingmann ... Musician - guitar
Preben Kaas ... Actor
Perry Knudsen  ... Musician - horns
Mogens Landsvig  ... Musician - bass
Buster Larsen ... Singer
Anita Lindblom ... Singer
Frederik van Pallandt ... Singer
Ulf Pilgaard ... Singer
Bjarne Rostvold ... Musician - drums
Jørgen Ryg ... Actor
Kirsten Simone ... Dancer
Leif Sjöberg ... Musician - upright bass
Nina van Pallandt ... Singer
Hans Christian Ægidius ... Singer
Frederik et Nina Van Pallandt
Jorgen Ingmann joue à la guitare
dans “Snip Snap Snude”. L’année
passée il avait gagné le Concours
de l’Eurovision avec son épouse
Grethe Ingmann en chantant
“Dansevise”. C’est l’année où
Françoise s’était présentée avec
“L’amour s’en va”.
Les acteurs Preben Kaas and Jørgen Ryg dans  Snip, snap, snude
Daimi, Poul Godske, Jørn Grauengaard, Perry Knudsen, Bjarne
Rostvold, Mogens Landsvig et Erik Frederiksen. Une photo qui
montre à quoi on pouvait s’attendre dans ce vaudeville.
Poul Godske, Bjarne Rostvold, Kirsten Simone, et Mogens Landsvig.
Sur la roue du générique le nom de Françoise Hardy est marqué.
Hélas pas de photos de Françoise.
Feuille d’avis de Lausanne 21/04/64
	Vogue – STU. 42167
Journal de Montreux, Feuille d’avis de Villeneuve
21/04/64
Die Tat 23/04/64
L’illustré 22/05/65
Françoise Hardy se trouve à Copenhague quand elle
apprend que les  lecteurs de Ciao Amici la considèrent
comme la chanteuse la plus populaire de l’année 1963.

Elle obtient plus de votes que les monstres sacrés Rita
Pavone, Mina ou Catherine Spaak. Ca compte!

Le 11 avril elle est arrivée à l’aéroport de Milan, le
visage bronzé caché derrière des lunettes noires pour ne
pas être reconnue.  Elle porte son tailleur sport en tweed
marron et traîne une grande valise et un sac  de
cellophane, contenant sa robe noire en mousseline
qu’elle mettra pour le  spectacle.
Le samedi 11 avril 1964 à 14 h. le Palais des Sports de Milan ouvre ses portes.
Françoise porte la robe noire (boutique Marie-Martine)
qui à l’époque est sa tenue de scène avec laquelle elle
s’est produite à l’Olympia (novembre 1963) en première
partie du tour de chant de Richard Anthony.
Il existe un court reportage sur un spectacle, présenté par Mike Bongiorno et qui aurait été diffusé le 1/1/64 dans le
ciné-journal. Le titre propre de l’émission est “ Le festival de San Remo”.

On voit des gros plans de l’animateur Mike Bongiorno et les chanteurs Françoise Hardy, Gino Paoli, Piero Focaccio
et Adriano Celentano. Que la séquence est sans son ne m'était pas d'une grande aide pour situer cet extrait mais ce
qui est certain c’est que ni Françoise (bien qu’il en était question) ni Adriano Celentano ont participé au festival de
San Remo début 1964.
Les fans qui étaient sept mille à applaudir les idoles
Le “Ciao Amici” N°5 de mai 1964
(couverture Gene Pitney) consacre
19 pages à cet événement qui fête la
première année du magazine qui est
sorti une première fois en décembre
1963 avec Catherine Spaak sur la
couverture.
Au début le magazine est un mensuel,à partir de
juillet’65 un bimensuel et finalement, à partir du
20 mars’66 un hebdomadaire. Le 7 juin’67 le
magazine devient  “Ciao amici Fab”.

Le 5 décembre 1967 sort le dernier numéro (N° 49)
du magazine qui en tout a connu 118 éditions.

“Ciao Amici” a son siège à Milan, Via Borgognan 2
et le directeur s’appelle Guido Castaldo.
Le présentateur le plus populaire en Italie à l’époque:
Mike Bongiorno.
Françoise Hardy, proclamée par les lecteurs
comme la chanteuse la plus populaire figure
sur la couverture du numéro suivant.

C’est Gianni Morandi qui aura le plus
de couvertures, dix en tout. Celentano est
deuxième avec sept couvertures.
Ricky, Bobby Vee et Piero Focaccia
Après Bobby Vee on a l’occasion de voir un jeune espoir, Monica Sandri,
suivie par Loredana.

Fabrizio Ferretti chante “ Fino all’ultimo giorno del mondo”, chanson avec
laquelle il avait participé au festival de San Remo ‘64. Après lui c’est au tour
de Giorgio Radice.
Lorsque Fausto Leali et son ensemble s’installent sur scène il y a un
chahut dingue. On crie “ Adriano, C’è Adriano” . La foule vient de
répérer Adriano Celentano et la représentation de Fausto Leali
tombe à l’eau.
L’apogée du spectacle est sans doute l’entrée d’Adriano
Celentano qu’on n’avait plus vu en public depuis quelques
mois pour des raisons de santé. Il chante “ Ciao ragazzi “
Le pauvre Fausto Leali n’a
plus qu’à accompagner
l’enfant terrible de la
chanson italienne, Adriano
Celentano.
Après Celentano suivront Leopoldo, Raoul Pisani, Vasso Ovale,
Mara Pacini, Beppe Cardile,...mais le public attend Gino Paoli.
Son tube de l’été 1963 “Sapore di male, sapore di sale” est
proclamé comme la chanson la plus populaire de 1963.
Un nouveau chanteur, Romolo se présente et déjà une autre grande
idole est annoncée : Gianni Morandi. Le public frappe dans les mains
quand il chante  “ Fatti mandare dalla mamma”. Puis on voit
Luciano Onesti suivi par Alina, des chanteurs qui sortent de
l’anonymat le temps d’une chanson.
Quand Bongiorno annonce
Françoise Hardy, la nymphe
longiligne, maigre et nerveuse
fut accablée par les applaudis-
sements.  Elle est spécialement
rentrée de Copenhague  pour
cette fête entre amis. Françoise
chante trois chansons dont
“Tous les garçons et les filles”
et  “Il saluto del mattino”.
Gianni Morandi
Françoise Hardy
Gino Paoli
Aussi pour Ricky Gianco l’année 1963 est l’année
de son plus grand succès. “Ti cerchero” atteint
une 6ème place au hitparade en novembre’63.
Les deux lauréats sont suivis par Rodolfo Grieco et Nicola di Bari
(lui il aura ses plus grands succès début des années 70). C’est à
Remo Germani que revient l’honneur de clôturer le spectacle.
Il chante trois chansons dont “ Stasera no,no no” ( son succès
actuel ) qui est accueillie par une ovation. Son succès de 1963
était “Baci” qui n’était pas prêt à quitter le top 10 du hit-parade
pendant quatre mois.
Michele
A 18h30 Fausto Leali revient pour achever ce qui était interrompu par l’arrivée
de Celentano. L’enthousiasme de la foule est suscité à l’arrivée de Michele et
Ricky Gianco, classés comme les plus populaires des nouveaux chanteurs pour
1963.
Le lendemain soir, le 12 avril, Françoise Hardy a chanté dans un dancing à Turin (Torino) Et puis elle est repartie pour 
Paris pour enregistrer une émission de télé et  puis rejoindre Bruxelles pour un tour de chant à l’Ancienne Belgique.
On apprend que Françoise en a marre des restaurants luxueux ou à la mode, elle préfère un bistro.
Ils l’ont accompagnée à la Porta Palazzo.
La Stampa 13/04/64
Son nom officiel est « Marché de Porta Palazzo ».
Il occupe depuis plus d’un siècle la quasi-totalité de la Piazza della
Repubblica, place carrée  la plus étendue de la ville. Les Turinois ne
pouvaient faire moins que d’y installer le marché le plus vaste d’Europe
Au dancing Arlecchino Françoise porte son tailleur sport en tweed marron de chez Larue
Le 14 avril on retrouve Françoise sur le plateau de l’émission”Vient de paraître”. Peu d’info sur Internet mais tout
laisse à penser qu’elle a chanté “Pourtant tu m’aimes”, la chanson phare de son dernier EP. Vu que l’émission ne
dure qu’un quart d’heure et  le nombre de  vedettes qui y passent je suppose que chaque artiste n’interprétait qu’une
seule chanson.
Le présentateur de l’émission Pierre Brive avec Denise Glaser
lors du Discorama du 11 février 1959.
Jules Pierre Baldensperger dit Pierre Brive, né le 16 septembre 1911 à Ville-d'Avray et décédé à Paris
le 30 septembre 1965, est un auteur, scénariste et réalisateur de cinéma, de radio et de télévision français.
Il est l'un des membres fondateurs de l'Académie Charles-Cros en 1947.

Il présenta aussi la première émission de Discorama, le 4 février 1959, qui était une émission culturelle de l'ORTF
qui sera de plus en plus consacrée au monde du disque au fil des années. Cette émission était programmée aussi
avec Denise Glaser, qui prendra progressivement en mains les interviews des vedettes, à partir du début des
années 1960. Après le  décès  de Pierre Brive en 1965 c’est Frantz Priollet qui présente “Vient de paraître”.
Photo : Bernard Allemane
Françoise Hardy et Enrico Macias
Enrico Macias
Juliette Gréco
"Les cahiers du MUSIC HALL" N° 30, April 1964. Petite revue belge qui présentait les artistes connus et débutants 
à l'époque qui se produisaient sur la scène belge de l'AB (L'Ancienne Belgique).
Info HUMO
En avril 1964 Françoise Hardy passe une seconde fois à l'Ancienne
Belgique avec Michel Paje (aussi chez Vogue) en vedette américaine.
Sacha Distel s'y était produit la semaine avant elle.
J'ai retrouvé  quelques vidéos.

L'émission Echo de la télé flamande nous montre
Françoise (très souple en se penchant) avant son entrée
en scène à l'AB (l’Ancienne Belgique).

Nous sommes avril 1964 et Françoise porte encore  sa
robe de scène, noire et sobre, en mousseline, signée
Marie-Martine. Il faudra attendre fin 1964 pour la voir
dans la tenue blanche de Courrèges.

Puis Françoise chante un bout de la chanson “Jaloux”
et  dans l’interview on pose à Françoise des questions
sur des choses qu’on dit d’elle : son mauvais caractère,
(ça dépend), la consultation de cartomanciennes  (vrai)
et le fait qu’elle brûle des cierges dans une église. (faux)
Le document le plus charmant est l'interview de
Françoise par Selim Sasson, à l'Ancienne Belgique.
(télé wallonne, émission "La rampe et les lettres"
1964). En arrière-plan on entend la chanson
“J’aurais voulu”.
I : Françoise  on dit que vous avez mauvais caractère, est-ce légende ou vérité ?
FH : je ne sais pas ... qu’est-ce qui qui dit ça et à quel propos ?
I : Les journaux, les hebdomadaires disent que vous avez mauvais caractère.
FH : Non non... ça dépend , j’ai mauvais caractère comme tout le monde il m’arrive d’être fatiguée même plus
que tout le monde parce que dans ce métier on fait énormément de voyages, on a un rythme de vie très
irrégulier, alors quand le physique ne va pas très bien la morale s’en ressent  ...il est évident qu’il m’arrive
d’avoir des accès de mauvaise humeur mais d’une façon générale je suis plutôt enjouée.

Elle consulte des cartomanciennes quand elle a le temps et le cafard.

Elle ne brûle pas des cierges dans une église. Elle s’est laissée faire par un journal qui voulait ça pour une photo
avant sa première à l’Olympia.
SS: Mesdames, messieurs cette semaine c’est la semaine des F. F comme Françoise Hardy qui est à
      l’Ancienne Belgique et dont on dit que la timide jeune fille est devenue la grande vedette.
FH: Ah bon, je ne savais pas qu’on disait ça.
SS: Vous ne saviez pas que la timide jeune fille était une timide jeune fille ?
FH: Ah si, ça je savais que j’étais timide, je suis toujours timide ... mais ça n’empêche rien.
SS: Notez quand même que vous avez évolué depuis l’année dernière
FH: Oh Je suis peut-être un peu moins timide avec les gens que je vois comme ça mais sur scène
       c’est exactement pareil,  (SS : ah non non non) c’est même pire je crois   si si j’ai dix fois plus peur
       maintenant qu’avant je crois   oh non c’est pareil ... C’est pareil finalement quand je repense à mes débuts
      sur scène
SS : Mais entre temps est-ce que vous avez travaillé votre jeu scénique ou quoi.parce que ... impression ...
      prendre de l’assurance
FH: Vous savez... c’est difficile. On ne peut pas travailler un jeu scénique je trouve chez soi devant la glace parce
      qu’au début c’est ce que j’essayais de faire  je me disais c’est peut-être comme ça qu’il faut faire comme
     les frères Jacques ou je ne sais pas quoi  mais finalement les gestes que vous faites devant une glace ce
     n’est pas du tout ce que vous faites sur scène ... enfin tout change sur scène, je pense que le seul endroit
      où on puisse apprendre c’est sur scène.
Une autre séquence de cet interview figure dans
"Bulletin d'information" du 23 décembre 1964.

Dans ce document de 6 minutes qui s'intitule
"D'où vient l'inspiration des artistes ?" on demande
à 7 vedettes comment l'inspiration leur vient et si elle
peut disparaître.

Réponses avec Guy Bedos, Françoise Hardy, Francis
Lemarque, Jacques Brel, Mouloudji, Georges Brassens
et Gilbert  Bécaud.
(voir les archives belges de Sonuma)
Pour Françoise c'est une question de technique. Il faut construire une chanson "carrée" qui contient un nombre
de mesures, on crée deux refrains et un pont, ... la spontanéité joue aussi un rôle.
Françoise dans sa loge à l'Ancienne Belgique
" J’ai vu Michel Paje en première partie du spectacle de Françoise Hardy à l'Ancienne Belgique. Son gros succès était
"Nous on est dans le vent"... Ce soir là à l'Ancienne Belgique la salle était loin d'être remplie. J'aimais beaucoup
les chansons de Françoise Hardy mais sur scène elle n'était pas terrible et a fait un fameux bide à l'Ancienne Belgique”.
Jours de France N° 494  25/04/64
Je vois tout (Suisse) 2/4/64
JDF  N° 523  23/11/64
L’Ancienne Belgique