Comme

Une des premières choses qu’ Averty a vu faire, c’est le négatif. Il se disait que c’était un peu simplet mais
toutes ses émissions de jazz comportaient au moins une séquence en négatif. Et puis, sans l’appliquer systémati-
quement ( ce qu’il évite pour chaque trucage, souvent aidé par l’évolution des techniques), il s’en sert en temps
et lieu. Mais en 1966 il sait faire plusieurs couches d’images, et dans “Comme” on voit l’image mêlé à son
négatif, donnant un effet de bas-relief tout en gardant une image nette, grâce aux multiples contrastes.
Une incrustation fort réussie ou la surface s’impose à travers les coordonnées bidimensionnelles, la “grille”.
L’image est fractalisé et puis reproduit identique à des échelles différentes, avec un usage inspiré du négatif.

Dans cette émission le trucage du négatif surgira régulièrement , notamment dans l’instrumental “Tous les
garçons et les filles”et “Les playboys”, où les images en négatif appartiennent à l’univers des playboys, dont
Dutronc peut se passer puisque’il possède un joujou extra. Dans les “playboys” les images apparaissent et
disparaissent à la note précise.

Dans “Tous les garçons et les
filles” un ballet de jeunes
couples qui se promènent.

Les playboys de profession

Les jeunes gens se sont enlacés.
Ca dépasse le stade de “main dans
la main”, mais en 1966 les temps
sont plus flous qu’en 1962.