2
Marie-France  mars 1967
Aujourd'hui quand on parle mode des sixties, Françoise Hardy mentionne en premier lieu le couturier
André Courrèges et sa tenue de scène qu'elle trouve toujours géniale. Pour elle cet ensemble blanc
(version manches 3/4) reste révolutionnaire et n'a pas pris de ride. Il la mettait davantage en valeur.
Puis elle parle de Paco Rabanne, avec ses vêtements "beaux mais importables", qu'elle considère aussi
comme très novateur. Et Yves Saint Laurent ? Elle n'en souffle mot. On dirait qu'elle rechigne à en parler.

Je lui ai mailé la question et elle m'a répondu qu'elle n'a jamais rencontré Saint-Laurent et qu'elle n'a pas
beaucoup aimé les vêtements signés par lui. Le smoking ne l'avait jamais emballée et la robe-sac avec de
larges bandes vert foncé, bleu marine était hideuse. Elle se souvient d'un jersey noir qui venait de la
boutique et qui n'était pas trop mal.

A part les vêtements ridicules dans lesquels plusieurs magazine de mode l'ont obligée à poser elle prétend
qu'elle n'a pas beaucoup porté du YSL et qu'elle est presque certaine que les vêtements figurant sur les
photos mailées n'ont rien à voir avec Saint-Laurent. Et pourtant ... la mémoire nous peut jouer des tours.

Françoise Hardy était bel et bien ambassadrice d'YSL ( pas autant que Catherine Deneuve ou Sylvie
Vartan) dans les années 60, sur scène et en privé. On aurait tendance à l'oublier puisqu'elle ne le cite
jamais et on ne les verra jamais ensemble sur une photo. En plus le style YSL me semble moins
reconnaissable que celui de Courrèges ou Rabanne.